LES INTERVENANTS

Matthias Fekl

Ancien élève de l’Ecole normale (Lyon) et de l’ENA, ancien député, ancien ministre du tourisme puis de l’intérieur, conseiller régional d’Aquitaine, avocat.

 

Les brèves proposées par Matthias Fekl:


Icebergs

"Je vais vous recommander le livre d’un auteur que j’aime énormément, et dont j’attends à chaque fois le dernier ouvrage avec impatience avant de le dévorer dès sa parution. Contrairement à ses romans, qui sont toujours limpides et cristallins, il s’agit ici d’une promenade dans sa pensée, sur divers thèmes, avec notamment une visite à la tour de Montaigne qui est absolument magnifique. Il a écrit un autre livre avec Christian Garcin qui s’appelle Travelling, où il relate un tour du monde sans avion, véritable défi par les temps qui courent. Ce sont des livres très personnels, très puissants, très émouvants, et je vous conseille toute son œuvre. "


L’homme qui aimait les chiens

"Pour rester en Amérique latine, en tous cas au sens large, je vous recommande l’œuvre de l’écrivain cubain Leonardo Padura, qui est un auteur extraordinaire, qui a écrit plusieurs types de livres. Son chef-d’œuvre à mon avis est « l’homme qui aimait les chiens », une traversée du XXème siècle absolument extraordinaire, avec la nostalgie des promesses de la révolution et une forme de désenchantement devant ce qui en est advenu. Mais aussi des romans policiers, où l’on pénètre dans le Cuba d’aujourd’hui. L’auteur vit à La Havane, et il y publie des livres assez critiques sur l’état du pays, avec un style et une humanité absolue. "


Souvenirs culinaires

"J’avais aussi prévu de parler de « Slow démocratie », mais cela ayant été fort bien fait, je recommanderai donc un livre plus léger qui m’a beaucoup plu, ce sont les souvenirs culinaires d’Auguste Escoffier. Il a commencé de manière très modeste dans l’auberge familiale, et finit par devenir chef du Ritz, l’un des premiers grands chefs internationaux au tournant du siècle. Il raconte de manière magnifique à la fois les produits du terroir et l’art de les accommoder, l’essor de la grande hôtellerie internationale, et puis de sa pensée sociale et de la manière dont il pense qu’il faut, dans l’hôtellerie et en cuisine, prendre soin des salariés. Tout cela donne un livre historique très fort, presque politique, qui vous donnera peut-être envie de lire aussi son guide culinaire, une lecture adaptée pour les fêtes. "