Les brèves

Honeyland

Philippe Meyer, créée le 27-09-2020

"Le film se passe en Macédoine. Il s’agit du résultat d’un tournage documentaire de quatre ans, qui est monté avec un grand sens du rythme et de l’ellipse. L’héroïne est une macédono-turque, apicultrice, qui vit de la vente du miel des abeilles sauvages, qu’elle va régulièrement vendre en ville. Tout à coup arrive dans son village déserté une famille de Turcs, très nombreuse (huit enfants si j’en crois le générique), qui veulent aussi produire du miel , mais ne savent malheureusement pas le faire. Leurs abeilles maltraitées deviennent agressives et attaquent les abeilles de la voisine, et finalement ... Je vous laisse voir le film. Nous n’étions que cinq à la séance où je suis allé, c’est bien dommage car le travail est absolument remarquable, le film est d’une grande beauté, il est une façon de nous rapprocher de gens qui mènent d’autres vies que les nôtres."


Bouleversement

David Djaïz, créée le 27-09-2020

"Tout le monde connaît le livre de Jared Diamond « collapse » dans lequel il décrit la façon dont certaines civilisation périssent corps et biens. La traduction d’un autre de ses livres vient de paraître. Ce dernier est très intéressant, Diamond y rapproche les crises nationales des crises personnelles et affectives. Pour l’auteur, les nations sont des corps collectifs, et il identifie une douzaine de facteurs qui permettent aussi bien à un individu qu’à une nation de surmonter ces crises. C’est une étude qualitative, c’est à dire qu’il examine un certain nombre de situations historiques liées à des crises nationales qu’il a connues de près. Ce livre est le prélude à un second ouvrage de méthodes quantitatives dans lequel il éprouvera ses hypothèses avec force données. Un travail fort intéressant, surtout en temps de crise. "


Yoga

Nicole Gnesotto, créée le 27-09-2020

"J’ai pour ma part lu « yoga » d’Emmanuel Carrère. Je ne sais pas s’il s’agit d’un roman ou d’un témoignage, mais c’est en tous cas passionnant. Il y a trois histoires en réalité dans Yoga. L’histoire de sa méditation, celle de ses dépressions et de ses stages d’électrochocs, enfin celle de son engagement auprès de jeunes réfugiés dans une île grecque. Je suis un peu réservé sur la dernière histoire mais les deux premières sont extraordinaires. Et bizarrement, particulièrement la première sur le yoga et les médiations, dont je suis pourtant très éloignée a priori. Il y a une virtuosité dans l’écriture, qui arrive à nous faire sentir le passage de l’air dans les narines pendant la méditation. Un bel exploit littéraire."


Comment on a laissé l’islamisme pénétrer l’école

Béatrice Giblin, créée le 27-09-2020

"Un livre qui me paraît très utile, j’espère qu’il le sera davantage que son rapport qui a été enterré. Jean-Pierre Obin est un inspecteur général (aujourd’hui en retraite) très préoccupé par cette question. En 1996, alors qu’il visite un collège à Lyon, un proviseur lui dit que les deux derniers élèves juifs de l’établissement viennent de partir, parce qu’il ne pouvait pas les protéger en dehors de l’établissement. Pour Jean-Pierre Obin, ce fut un coup de tonnerre, il obtient de Luc Ferry, ministre de l’éducation nationale en 2004, l’autorisation de faire un rapport. Ce rapport a été enterré. Il s’agit d’une question taboue dont personne ne veut parler, à cause des affaires en cours : otages français, création d’un Islam français ... Les « bonnes raisons » n’ont cessé de se succéder, mais la situation s’est considérablement dégradée. Aujourd’hui la haine a gagné du terrain dans les collèges et même les écoles primaires ; il est plus que temps de tirer la sonnette d’alarme. Espérons que ce livre sera lu."


Les lumières de Lhomme

Philippe Meyer, créée le 27-09-2020

"Je recommande cette semaine à la fois un livre et un film. Le livre est sur un homme qui fut décisif pour beaucoup de films : Pierre Lhomme. Il est signé de Luc Béraud, dont j’avais déjà recommandé le livre sur Jean Eustache. Pierre Lhomme a été le chef opérateur de William Klein, d’Alain Cavalier, de Claude Miller, de Jacques Doillon, James Ivory, et j’en passe ... Ce livre est d’abord une occasion de montrer ce qu’est un directeur de la photographie, mais aussi une façon une façon de faire voir comment se fait la fabrication d’un film."


Le magazine « Time »

Lionel Zinsou, créée le 27-09-2020

"Je conseille une lecture plus courte : « Time » fait un portrait des 100 personne les plus influentes du monde cette semaine. Si vous êtes comme moi, vous allez en découvrir au moins 80, dont l’influence vous avait jusque là échappé ... Vous en apprendrez beaucoup sur les rappeurs, les joueurs de football américain, les basketteurs ... La vision est donc un peu orientée à l’américaine ... Certains pays ou continents sont parcimonieusement représentés. L’Afrique compte tout de même quatre membres, dont Tomi Adeyemi, une Nigériane / Américaine de 27 ans, écrivaine incroyable. Il y a également une française, et puisque ce sont les anciens titulaires qui réalisent les portraits des nouveaux, celui-ci est signé de Christine Lagarde. Et il s’agit d’Anne Hidalgo. C’est intéressant que ce portrait arrive maintenant, au moment où la maire de Paris laisse entendre qu’elle souhaite peut-être étendre sa gouvernance à d’autres horizons ... "



Le projet d’hommage aux héros en Normandie

Philippe Meyer, créée le 20-09-2020

"Je m’interroge sur ce projet normand d’hommage aux héros. Le moins qu’on puisse dire est qu’il n’est pas très clair. S’agit-il d’un vrai exercice d’hommage et de mémoire à propos du débarquement, ou bien, comme la presse le laisse entendre, d’un « D-dayland » ou d’un Puy-du-Fou normand ? Veut-on réellement rendre hommage aux combattants français, américains, allemands, canadiens ... ou seulement trouver une nouvelle façon de faire du merchandising, comme c’est le cas pour beaucoup de ces nouvelles manifestations mémorielles ? Le Monde a publié une tribune qui pointe du doigt des dérives qui seraient écœurantes. "


Les émotions

Jean-Louis Bourlanges, créée le 20-09-2020

"Je me suis remis à une activité que j’ai délaissée depuis longtemps : lire un roman. Je viens de commencer ce livre de Jean-Philippe Toussaint. C’est sur la communauté européenne, sur le Brexit, et cela s’appelle pourtant les émotions ! Si ce n’est pas oxymorique, d’avoir des émotions dans ce système européen si technique ...! Tout repose sur cette mise en parallèle de deux destins : celui d’un homme dont le couple se brise, et le Brexit. Il y a une trame d’aventure romanesque sur un fond de structure technocratique européenne."


Le pont de Bezons

Marc-Olivier Padis, créée le 20-09-2020

"J’ai lu le dernier ouvrage de Jean Rolin, qui nous offre régulièrement de grandes promenades, pas toujours exotiques, mais qu’il raconte avec un grand sens du détail. Il avait ainsi arpenté les boulevards de ceinture à Paris ou le détroit d’Ormuz. Il a cette fois-ci choisi de marche le long de la Seine, entre Melun et Mantes. Cette lecture offre un double décalage. Un décalage de rythme d’abord, puisqu’il fait à pied ce qu’on traverse habituellement très rapidement. Et un décalage d’échelle, puisque la Seine est censée structurer toute l’Ile-de_France, tandis que l’auteur la regarde de très près, depuis les rives, en essayant de franchir tous les obstacles, très nombreux. Il est aussi un peu naturaliste et parvient à observer la faune de ce paysage pourtant très urbain, et nous offre un retour de mémoire un peu inattendu, qui fait de ce récit de voyage une esquisse autobiographique."


J’ai tant vu le soleil

François Bujon de L’Estang, créée le 20-09-2020

"Je voulais vous dire le plaisir que j’ai eu à lire le dernier petit livre d’Emmanuel de Waresquiel, consacré à Stendhal. C’est un petit livre, écrit au fil de la plume, mais quand celle-ci est aussi élégante et incisive, on ne boude pas son plaisir. Il retrace l’itinéraire personnel et littéraire de Stendhal, et si l’un de nos auditeurs le lit et résiste à la tentation d’une sixième relecture de la Chartreuse de Parme, c’est que son cas est vraiment désespéré. "


Frantz Fanon

Akram Belkaïd, créée le 13-09-2020

"Je recommande la lecture de cette bande dessinée de Frédéric Ciriez et Romain Lamy. Ce roman graphique nous relate la rencontre entre Fanon et Sartre, en 1961. C’est encore la guerre d’Algérie, Fanon se sait malade, il vient d’écrire les Damnés de la Terre, et demande à Sartre d’en écrire la préface. On sait l’impact qu’aura cette dernière, parfois au détriment du livre de Fanon. Le livre montre à quel point la rencontre fut rugueuse, et aussi que peut-être leur relation fut assez largement bâtie sur un malentendu. C’est passionnant, particulièrement à l’heure ou la figure de Fanon revient dans le débat public français."