LES INTERVENANTS

Richard Werly

Actuellement correspondant du quotidien suisse Le Temps à Paris, Richard Werly a également travaillé à Tokyo, Bruxelles et Bangkok.

 

Les brèves proposées par Richard Werly:




Le Jour où Apple a acheté la Grèce...

"Je voudrais recommander le livre de Jean-Cédric Michel « Le Jour où Apple a acheté la Grèce… » qui va paraitre aux éditions Albin Michel. Lorsque j’en ai reçu les épreuves, je ne savais pas que Jean-Cédric Michel était un avocat spécialiste de la finance. C’est un roman qui présente une thèse très intéressante : le plus grand des GAFA décide d’acquérir la dette souveraine d’un état, ô combien symbolique qui est celui de la Grèce, pour le remettre sur pieds en instaurant sa propre manière de relever les impôts. Je suis totalement en désaccord avec ce qui est raconté dans le livre mais je trouve que l’intrigue est très intéressante et en dit beaucoup du futur de l’Europe. "


Léonard de Vinci

"Je me suis plongé dans la biographique traduite en français de Léonard de Vinci par Isaacson, un auteur américain publié aux éditions Quanto et c’est absolument fascinant bien que le style soit quelque peu décevant. La traduction n’est pas toujours aussi alerte qu’elle devrait l’être quand un roman fait 600 pages mais ce qu’on apprend sur ce génie est exceptionnel. Cela nous laisse totalement pantois. C’est assez amusant car cette semaine aura été la commémoration du Léonard de Vinci plutôt français alors que la biographie se concentre principalement sur sa nationalité italienne. "



L’étrange défaite

"Je profiterai d’un anniversaire pour donner quelques suggestions de lecture, et c’est celui de la déclaration de guerre de la France à l’Allemagne. J’ai relu à cette occasion « l’étrange défaite » de Marc Bloch, passionnante pour son analyse, à travers la défaite, de la société française de l’époque.
Le très beau documentaire, avec de magnifiques images d’archives : « 1939, la France entre en guerre » d’Antoine Vitkine, diffusé sur France 3 et en replay pendant encore un mois. "



Le monde des hommes

"Je voulais moi aussi parler de Thomas Piketty, m’étant plongé dans la lecture de ce très gros livre, mais c’est pour en sortir une perle, qui n’est ni statistique ni économique. Durant quelques pages, il parle d’un formidable livre de Pramoediya Ananta Toer, l’écrivain Indonésien, qui s’appelle « le monde des hommes ». Cet écrivain raconte comment une femme de très basse extraction en Indonésie, par son mariage, réussit sur le plan économique et devient une femme de pouvoir importante dans l’Indonésie alors dominée par les Pays-Bas. Je trouve formidable qu’un économiste qui fait 1000 pages sur les inégalités aille explorer cette référence littéraire. Rien que pour cela, ça vaut le coup de lire Piketty, et surtout Ananta Toer. "



Nous n’avons pas vu passer les jours

"Ce livre que je recommande a à voir avec le destin d’Israël : nous n’avons pas vu passer les jours, de Simone Schwarz-Bart et Yann Plougastel, dans lequel Simone Schwarz-Bart raconte sa vie de couple avec André Schwarz-Bart, l’auteur du dernier des justes, qui a obtenu le prix Goncourt à la surprise générale, après la guerre. Je voudrais vous lire une petite phrase de cet extraordinaire livre de mémoires, où Simone Schwarz-Bart, guadeloupéenne, qui a vécu aux Antilles avec son mari dit : « lui, le Juif survivant, le jeune ouvrier, il voulait rendre hommage à une civilisation partie en fumée dans la cheminée des crématoires, es malentendus, les interprétations enthousiastes mais étrangères à ses intentions, les remarques assassines, les polémiques à rebondissements, l’effarèrent tout autant que sa notoriété soudaine »"



Guerre secrète en Suisse 1939 - 1945

"Je suis resté sur la Suisse, en me demandant quels ouvrages pourraient éclairer les auditeurs sur ce pays exotique. J’en ai trouvé deux. Le premier s’intitule « Guerre secrète en Suisse », il raconte comment, pendant la seconde guerre mondiale, la Suisse était le berceau de tous les espionnages. Les Alliés ont énormément utilisé le pays pour alimenter les réseaux de résistance en France, mais les espions nazis ont aussi beaucoup opéré en Suisse. Le livre fourmille d’informations, il montre un visage peu connu de la Suisse pendant cette période. "







Le grand écart

"Ma première suggestion est pour le livre de Pascal Perrineau, qui est un peu le pendant politique de l’archipel français. C’est tout à fait intéressant, il y a derrière ce livre un plaidoyer pour davantage démocratie directe. Je citerais cette phrase de l’introduction : « la disruption politique intervenue en 2017 a beaucoup contribué à délégitimer la représentation politique ancienne, sans parvenir à la renouveler. Cet échec a ouvert la voie à l’expression radicale de la contestation. »"


Alexis Tsípras une histoire grecque

"Un livre pour comprendre les coulisses de l’Europe, et en l’occurrence les coulisses grecques. C’est celui que Fabien Perrier vient de consacrer à Alexia Tsípras. Comme vous le savez, Tsípras a perdu les dernières élections, le gouvernement grec est désormais conservateur, dirigé par Mitsotakis. Ce livre montre une chose qui fait réfléchir : comment Tsípras a cru aux promesses françaises. Rappelons que la France s’était faite l’avocate de la Grèce, en permettant à la Grèce d’obtenir des sursis et différents pains de financement. Tsípras a vraiment cru qu’il bénéficierait de l’appui de la France, notamment concernant la Macédoine du Nord, dont il a négocié avec l’ancienne République fédérale yougoslave cette nouvelle dénomination qui pose problème. In fine, Emmanuel Macron a refusé d’admettre la candidature de la Macédoine du nord. On voit bien comment un gouvernement d’un pays ébranlé comme la Grèce entend les appels du pied de la France et mesure ensuite à quel point cette dernière ne dispose plus des leviers du passé."




Narcos : Mexico

"Je pense que nous devons être nombreux à regarder des séries télévisées pendant ce confinement. Personnellement je me suis plongé dans la deuxième saison de « Narcos » sur Netflix, et je vous la recommande. Elle nous montre l’agonie d’un seigneur de la drogue mexicain dans les années 1980 face aux agences fédérales américaines. C’est passionnant, de facture on ne peut plus hollywoodienne, mais cela fait s’intéresser à d’autres formes de maladie et de difficultés, qui ont l’avantage d’être bien scénarisées. "