Des badas pour approfondir les discussions en public

Dans « Le Voleur dans la maison vide », Jean-François Revel rappelle que, dans le Marseille de son enfance, Bada, était le le nom donné au supplément que les marchands de glace étaient moralement tenus d'offrir aux acheteurs de leurs cornets… Notre Bada, c'est l’enregistrement des questions du public et des réponses de nos invités les dimanches où nous sommes à l’école Alsacienne.