LES INTERVENANTS

Lucile Schmid

Née en 1962, Lucile Schmid est diplômée de lettres, de Sciences Po et de l’ENA. Elle a travaillé au Ministère de l’économie sur les questions européennes puis a été conseillère économique en Algérie entre 1992 et 1995. Chargée des questions d’immigration et d’intégration sous le gouvernement Jospin (2000-2002). Elle est aujourd’hui co-présidente de la Fondation verte européenne (Green european foundation), contribue à la revue Esprit et a notamment écrit "La seconde guerre d'Algérie, le quiproquo franco-algérien" (Flammarion 1996) et "La France résiste-t-elle à l'écologie?" (Bord de l'eau 2017).

 

Les brèves proposées par Lucile Schmid:

Critique: Corée, combien de divisions?

"Je vais vous emmener très très loin puisque vous savez qu’une des dernières émissions était consacrée à la question des Corées, et je voulais recommander le numéro double de la revue Critique de janvier-février 2018, qui s’intitule La Corée : Combien de divisions. Critique c’est cette revue éditée aux éditions de Minuit créée par Georges Bataille. Et vous avez notamment dans ce numéro, des extraits d’une autobiographie d’un grand écrivain coréen Wang So Kiong. Ca montre que la Corée du Sud qui est aujourd’hui la onzième puissance économique mondiale, s’est structurée comme une puissance économique grâce à une dictature puissante. Ce que raconte Wang So Kyong dans Le prisonnier est absolument bouleversant et je pense que c’est une lecture très intéressante."


La fonte des glaces

"Je vais recommander deux livres mais très rapidement. Deux romans. D’abord parce que comme je travaille sur les questions écologiques, j’ai lu un roman formidable qui s’appelle ‘La fonte des glaces’ qui est paru chez l’éditeur POL qui raconte l’histoire loufoque d’un ancien charcutier à la retraite qui tombe amoureux d’un manchot empereur empaillé et qui du coup fait le tour du monde qui va dans l’Antarctique et dans l’Arctique et qui finit en espèce de trader d’eau issue de la fonte des glaces et je trouve que c’est une manière excellente de comprendre le réchauffement climatique en s’amusant, ça je pense que c’est un truc important.
La deuxième chose c’est le livre d’un auteur, d’un jeune auteur mais néanmoins pas si jeune par l’âge car on peut écrire à tout âge qui s’appelle Camille Guichart, un livre intitulé Pique-Nique et qui en fait revient sur l’année 62. Emmanuel Macron avait été ennuyé pendant sa campagne concernant l’Algérie. Qui revient sur cette année si fondamentale pour la France, De Gaulle termine la guerre d’Algérie. Elle raconte ça à partir des émois d’un adolescent dans une forêt."


Les clés retrouvées

"Je voulais recommander un livre qui n’est pas sorti ces derniers mois mais en 2015 qui s’appelle Les clés retrouvées de Benjamin Stora. Et qui est sans doute son livre le plus personnel parce qu’il raconte qu’en 2000 il a retrouvé les clés de la maison de Constantine où il vivait avec ses parents et à partir de là il trace une sorte de généalogie familiale et c’est très intéressant par rapport à la question de l’Islam et de la judéité. Parce qu’au fond ce qu’il raconte c’est l’histoire de ses deux familles les Stora et les Zaoui, les Stora étaient des juifs attirés par la France et les Zaoui étaient proche des arabes. En fait il montre bien à partir de là cette question algérienne qui m’est chère et qui travaille énormément la société française aujourd’hui. Il montre bien comment, d’une certaine façon, être juif pour lui c’est à la fois être juif, arabe et surtout être resté attaché à ce qu’était la vie en Algérie. C’est à dire, bon d’abord, une vie quotidienne mais aussi un espace, une beauté, une esthétique et une vision de la France à travers une diversité culturelle. Un livre très émouvant par rapport à ce qu’on vit aujourd’hui."


Les arbres doivent-ils pouvoir plaider?

"Sans transition, je voulais recommander un ouvrage aux éditions du Passager Clandestin, ce qui est déjà tout un programme, qui s’appelle : Les arbres peuvent-ils plaider ? En ces temps de salon de l’agriculture, c’est la réédition d’un article écrit dans les années 70 par Christopher Stone qui est un professeur de droit, qui en forme de boutade, traite la question de la préservation de l’environnement et qui dit, au fond, si les arbres pouvaient plaider on conserverait mieux notre environnement et notamment ces parcs naturels qui aujourd’hui sont menacés par la politique de Donald Trump. La préface qui a été écrite par Catherine Laraire qui est une grande philosophe des questions d’écologie est hyper intéressante notamment sur la question du loup qui aujourd’hui agite les campagnes et les éleveurs. Cette boutade sur Les arbres peuvent-ils plaider ? nous renvoie à la manière dont nous pouvons intégrer au fond la question de la nature dans un fonctionnement démocratique qui a été conçu à une époque où l’humanité était totalement triomphante et n’imaginait pas qu’on pouvait consommer 6 planètes. Je trouve que c’est quelque chose qui nous fait réfléchir aux procédures démocratiques et aux contenus des vrais débats, des vraies priorités qui rejoint le débat que nous avons eu sur la ruralité en début d’émission."


Testament à l'anglaise

"Je voudrais dire, en ces temps de Brexit, qu’il faut lire et relire Jonathan Coe. Je recommanderais de lire Testament à l’anglaise, d’ailleurs un titre bien tourné par rapport au Brexit mais qui d’abord nous rappelle par rapport aux questions de relations internationales que la notion de l’argent est quelque chose de fondamental puisque ce livre retrace le récit d’une grande famille anglaise qui fait du trafic d’arme, fait de l’élevage industriel, je rappelle que le salon de l’Agriculture c’est bientôt, et le personnage principal on ne peut qu’avoir une grande sympathie pour lui, c’est un romancier dépressif qui retrouvera le sens de la vie en allant en quête de ce que nous abordons dans ce Nouvel Esprit Public"


Cantatrix Sopranica L. et autres écrits scientifiques

"Je suis comme Rex Tillerson, je ne suis pas sur Twitter. J’ai observé que cette semaine Twitter avait fait un peu de littérature en invitant les Twittos à faire des tweets sans « e » comme l’avait fait Georges Perec dans son roman La disparition et moi je voulais conseiller de lire ou relire Georges Perec qui est un auteur que j’aime beaucoup et je voulais conseiller un petit bijou, moins connu que ses ouvrages principaux. C’est en fait un pastiche incroyable de tout ce qui peut-être ouvrage scientifique. Le maître article est un article en anglais, toujours un pastiche scientifique, qui raconte les effets du jet de tomate sur la cantatrice. Il faut aller jusqu’à lire les notes de bas de page où en fait il invente des articles signés Roux et Combaluzier comme la marque d’ascenseur. Et donc je vous invite à relire du Georges Perec après ces conseils venant de Twitter."


Rapport des syndicats SNCF

"Comme vous le savez, on est au début d’une grève perlée de la SNCF et on voit que la pression s’accentue du côté du gouvernement. Emmanuel Macron va intervenir la semaine prochaine à la télévision sur le sujet, Nicolas Hulot vient de donner dans le JDD une interview montrant que la réforme de la SNCF était aussi écologique, Edouard Philippe nous en parle aussi. Moi je pense que ce qui est important c’est d’avoir tous les termes du débat, je voulais donc recommander la lecture du rapport qui a été fait par les syndicats et notamment par la CGT sur cette question de réforme de la SNCF. Je trouve que dans ce rapport, qui est un contre-rapport Spinetta, il y a des éléments qui méritent d’être pris en considération notamment sur la façon dont aujourd’hui il faudrait considérer davantage le chemin de fer comme un avenir. Mais c’est un rapport qui met en lumière aussi des choix de société la question des routes versus chemins de fer, la question du fret etc. Il y a donc quelque chose autour du modèle de société et je pense qu’un des bienfaits de l’élection d’Emmanuel Macron c’est que les choses se déroulent assez différemment du côté des syndicats, ce n’est plus seulement une grève de rapport de force c’est aussi une grève sur le contenu. Si le Parlement n’est plus un contre-pouvoir il faut donc se poser la question de savoir si nous, citoyens, sommes des contrepouvoirs."


L'évènement 68 d'Emmanuel Loyer

"Je voulais proposer de lire un ouvrage qui s’appelle L’événement 68, c’est un recueil de texte réunis par Emmanuelle Loyer, qui est une historienne qui a beaucoup travaillé sur la culture, qui est paru chez Flammarion, reprise d’une précédente édition. Ce qui est très intéressant c’est qu’on évoque toujours mai 68 autour de la commémoration avec tous ces témoignages de personnalités qui ont vécu mai 68. On retrouve cette espèce de liesse comme ça 50 ans après et en même temps on a ceux qui sont anti-mai 68. En revenant au plus près du texte on s’aperçoit qu’il y avait à la fois cette espèce de culture orale mais il y a eu aussi beaucoup d’écrits qui ont été produits en mai 68 avec des tracts etc. D’ailleurs à la Revue Esprit, on a trouvé un texte de Dany Cohn-Bendit et trois autres comparses qui nous racontaient pourquoi il fallait des sociologues et qui, évidemment, critiquaient vertement Alain Touraine et Michel Roziers. C’est très intéressant car c’est un mélange entre une culture orale très militante et le passage à l’écrit"


Ce qui nous guette - Laurent Quintreau

"Moi je voulais vous parler d’un roman qui vient de paraître aux éditions Rivage et qui s’appelle Ce qui nous guette. C’est un roman de Laurent Quintreau et qui raconte quelques scénettes sur les moments de notre vie où nous perdons le contrôle. Je vous donne un exemple, vous êtes en train de participer à une émission de radio et puis finalement vous vous mettez à raconter n’importe quoi devant le micro et au lieu de vous sentir coupable, vous éclatez de rire. C’est un peu ce qui arrive à l’une des jeunes femmes de ce roman. A un moment donné elle anime une conférence extrêmement intéressante et d’un coup éclate de rire parce que son invité prestigieux au lieu de s’asseoir dans le bon siège, s’assoit par terre. Il y a une autre scénette extrêmement drôle, vous êtes un jeune père divorcé, vous mettez votre enfant au train et puis brusquement le train part et vous restez sur le quai, c’est un moment d’angoisse inextinguible. Le roman se finit par l’entrée dans la Science-Fiction, il montre comment on pourrait résoudre ces questions en nous clonant de nouveaux cerveaux sachant que le clonage pourrait nous apporter de nouveaux problèmes. "


Des poches sous les yeux sur Radio Béton

"Je voulais vous parler de Patrick et Mélanie qui anime à Tours une radio qui s’appelle Radio Béton. Sur cette radio ils animent une émission qui s’appel Des poches sous les yeux et qui est une émission littéraire. Ils ont lancé une book box littéraire avec chaque mois un thème surprise. Dans la lecture, la question de la curiosité et de la découverte étant quelque chose d’essentiel, je voulais vous inciter à aller regarder ce que donne cette book box. Parmi les thèmes qu’ils ont explorés : le cœur des femmes ; les terrains de sport ; les nouveaux mondes ; les histoires d’eau. Avoir ce cadeau sans savoir ce qui vous attend, je trouve qu’en lecture c’est quelque chose de très important. "


Chris Marker à la cinémathèque et dans la revue Esprit

"Moi je voulais recommander d’aller à la cinémathèque française pour aller voir l’exposition sur Chris Marker qui porte le nom de « Les 7 vies de Chris Marker » et il se trouve qu’en même temps, la revue Esprit publie un numéro qui s’appelle « Les engagements de Chris Marker ». Vous savez Chris Marker c’est un artiste voyageur polymorphe et il y a notamment dans ce numéro de la revue Esprit un article qui s’appelle « Croix de bois et chemin de fer ». C’est un article qui raconte un voyage de Chris Marker en Allemagne en train dans les années 50 où il se confronte à des allemands et notamment il y a une citation absolument extraordinaire où quelqu’un lui dit : « Je suis arrivé à Paris en juillet 1944, pas de chance nous avons été obligés de repartir tout de suite » et je trouve que par rapport à ce qu’a dit Jean-Louis Bourlanges sur la dérision ça résume toute la pensée de Chris Marker"


Le Baron perché - Italo Calvino

"Moi j’avais envie de dire que c’était bien, puisqu’on parle beaucoup d’Italie de lire et de relire Le baron perché d’Italio Calvino paru en 1957, période de fondation de l’Union Européenne. Pourquoi lire et relire ? Parce que l’histoire de ce jeune baron qui à 12 ans décide de monter dans les arbres car il ne veut pas manger le plat d’escargot que lui a servi son père psychorigide, est quand même une leçon de liberté remarquable. Je voulais citer cette phrase : « il vécut dans les arbres, aima toujours la terre et monta au ciel ». Donc ça je trouve que c’est merveilleux. Et rappeler que vivre dans les arbres n’est pas une leçon de solitude, on peut y vivre une histoire d’amour, y rencontrer Napoléon et au fond vivre une relation apaisée avec la société car on sait prendre de la distance. "


Exodus, Reckoning, Sacrifice: Three Meanings of Brexit de Kalypso Nicolaidis

"Moi je voulais parler des travaux de Kalypso Nicolaidis qui est une professeure de relations internationales, qui dirige les recherches européennes à Oxford et qui comme son nom l’indique est française. Elle a publié un ouvrage très intéressant justement sur le Brexit et qui s’appelle « Exodus, Reckoning, Sacrifice: Three Meanings of Brexit ». Elle essaye de mettre en relation le Brexit avec des mythes de la mythologie grecque pour expliquer pourquoi au fond c’est un événement politique extrêmement pluriel. Il renvoie à l’idée d’exode par rapport à l’Angleterre qui avait une position si particulière dans l’Union Européenne, à l’idée de reckoning et d’au fond « qu’est ce que ça nous a apporté », avec ce slogan de « I want my money back » Et puis il y a aussi ses bénéfices puisque quand on veut être soi-même puissant, il faut se séparer de quelques choses qui est devenue au fond indéfinissable. Je trouve que ses travaux sont très intéressants. "


Neige de Orhan Pamuk

"Je voulais demander de lire et relire ce roman d’Orhan Pamuk, prix nobel de littérature, grand écrivain turc, Neige, sorti en 2005, qui se passe dans une ville d’Anatolie et qui est extraordinairement actuel. C’est l’histoire d’un journaliste qui vit en Allemagne qui revient faire une enquête sur les suicides de jeunes filles dans cette ville. Est-ce parce qu’il y a une pression islamiste ou parce qu’elles sont voilées ? On ne sait pas. Ce qui est très intéressant c’est que le livre donne la parole à différentes expressions de la société turque. Représentées soit par un jeune étudiant soit par le commissaire de police, soit par les généraux soit par les islamistes. Ca nous renvoie à cette difficulté d’articuler démocratie, islam et autoritarisme. Je trouve que ce livre est particulièrement remarquable. Je rappelle qu’Orhan Pamuk est sans doute l’un des premiers intellectuels turcs à avoir reconnu qu’il y avait eu un génocide arménien et que 30 000 kurdes avaient également perdu la vie. C’est un roman mais je trouve qu’il y a une portée visionnaire par rapport à ce qui se passe extraordinairement actuelle."


Emmanuelle Pagano, Serez-vous des nôtres ? (POL)

"C’est un roman qui parle d’eau. C’est le dernier volume d’une trilogie qui s’appelle la trilogie des rives et il décrit dans deux univers parallèles deux amis qui ont la quarantaine. Pour l’un ça se passe en une journée auprès d’un lac qui s’appel Caspienne. (J’ai découvert du coup que la mer Caspienne n’était pas forcément une mer mais que cela se discutait). L’autre s’est enfermé dans un sous-marin nucléaire pour échapper à cet univers de ruralité. Il y a deux univers d’eau, je trouve ce roman extraordinaire parce qu’il nous transporte dans un univers à la fois angoissant et très étrange. "


La guérilla des animaux

"Je voulais vous parler d’un premier roman pour continuer ce moment écologique ouvert par la démission de Nicolas Hulot. C’est un roman qui s’appel La guérilla des animaux (Alma), il est écrit par un jeune romancier qui s’appel Camille Brunel. C’est un roman qui ne laisser personne indifférent car il parle beaucoup de violence. C’est une réflexion sur le fait de tuer ou de garder la vie qui est fondamentale par rapport à la période que nous vivons. C’est aussi un livre sur la guerre au fond. Le style est extrêmement vif, c’est un parcours dans le monde entier qui associe un goût savant pour les espèces animales à des réflexions sur la jeunesse : quand on a 25 ans et que l’on écrit sur la jeunesse on le fait avec une force que nous devrions garder. "


Freedom

"Je ne sais pas si beaucoup ont lu Freedom qui est roman magnifique de Jonathan Franzen paru en 2011. Il réussi à décrire à travers la vie d’un couple, Patty et Walter, les contradictions de la société américaine que nous avons évoquées ce matin. C’est un grand roman d’écologie car Walter adore la paruline azurée qui est un petit oiseau en voie de disparition. Ceci nous renvoie aux contradictions de la société américaine qui n’est pas seulement pro ou anti Trump, c’est aussi une société profondément démocratique, profondément névrotique. J’observe que Donald Trump n’a pas évoqué ce terme de freedom dans les enjeux de la campagne, à mon avis il faut que la société américaine se libère de Donald Trump. "


Les médiateurs du Pacifique

"Je voulais vous recommander un film assez ancien qui parle de la Nouvelle Calédonie parce que j’ai un attachement particulier à ce territoire et parce qu’il y a eu ce référendum le 4 novembre. Il faut voir Les médiateurs du Pacifique qui est un film qui date de 1997 et qui assez pro-rocardien puisqu’Olivier Duhamel en était le coscénariste. C’est un film documentaire qui reconstitue un moment très particulier de l’histoire de ce territoire quand Michel Rocard (qui joue son propre rôle) devient premier ministre et qu’il envoie pendant 3 semaines 7 médiateurs comme les 7 samouraïs en Nouvelle Calédonie au premier rang desquels Christian Blanc avec son gros cigare pour aller rencontrer les différentes parties prenantes. Parmi les médiateurs il y a des représentants de chaque communauté : un représentant des protestants, un représentant des catholiques, un représentant des francs maçons. Ce film montre comment une médiation peut aboutir et c’est quelque chose d’assez passionnant vis-à-vis d’une situation minée. Il y a des moments très drôles en plus lorsque certaines personnalités jouent leur propre rôle."