Les brèves

La ferme des animaux

Philippe Meyer, créée le 01-05-2022

"Nous avons tous des livres que nous sommes sûrs de bien connaître. On les a lus, on les a beaucoup aimés, on les cite même quelques fois. Et puis un beau jour, ils tombent de votre bibliothèque, et vous vous dites : « tiens ? ». Vous les re-feuilletez, puis les relisez, et vous apercevez à quel point tout le bien que vous en pensiez, toute l’importance qu’ils ont pu avoir dans votre formation était fondés, et que vous en avez sans doute un peu affadi ou perdu la puissance en les laissant sur l’étagère. Ce fut le cas de ce livre de George Orwell que je viens de relire."


Révolution

Richard Werly, créée le 01-05-2022

"Je me suis pour ma part replongé dans le livre qu’Emmanuel Macron avait publié fin 2016. L’ouvrage était supposé être en même temps son programme et l’autobiographie par laquelle il se présentait aux électeurs. A le relire, je me suis aperçu qu’il y a une chose qui explique sans doute beaucoup du divorce (ou du moins de l’incompatibilité) entre Emmanuel Macron et une partie de la France : il est obsédé par l’avenir. Il y pense sans cesse. Je ne dis pas qu’il le pense bien, mais il regarde devant lui, et est prêt à prendre des risques. Or il y a en France (et cette observation a été confirmée par tous les voyages que j’ai faits pour travailler sur mon livre à propos de la ligne de démarcation) une France immobile, qui vit avec hantise la modernité et de l’avenir. "


La fièvre des urnes 2500 ans de passions électorales

Lionel Zinsou, créée le 01-05-2022

"J’aimerais rendre hommage à la fondation Michalski qui accueille notre conversation de cette semaine. Elle est consacrée à l’écriture et à la littérature, il fallait donc trouver un livre qui va étonner beaucoup de gens, et peut-être les passionner. Il est signé d’un spécialiste de la rhétorique, et au demeurant un de mes amis de lycée et de l’Ecole normale. Alors certes, son champ d’expertise est très pointu, puisqu’il s’agit de la rhétorique hellénistique tardive. Comme je trouve que les commentateurs de scrutins sont souvent trop pris dans l’instant et dans l’immédiateté, je cous recommande cette lecture. On s’aperçoit que les élections sont toujours des histoires de passion. Aussi bien à l’époque des Gracques où la passion politique poussait au meurtre ou au suicide, qu’aujourd’hui où nous avons eu une campagne remarquablement calme et sans violence. Les dimensions de soif de justice, de désir de revanche sont toujours là, il s’agit d’histoires passionnelles. En France, ce sont les meilleurs orateurs qui ont fait les meilleurs scores aux élections. Emmanuel Macron est incontestablement brillant de ce point de vue, ses éloges funèbres sont par exemple excellents. Mme Le Pen était secrétaire de la conférence des avocats, elle est indubitablement une bonne oratrice. M. Mélechon a des qualités d’orateur exceptionnelles, au point d’inventer les hologrammes pour dire en douze endroits à la fois, en captivant tout le monde, des choses plutôt inefficaces. M. Zemmour a lui aussi fasciné les foules. La rhétorique est un élément absolument central du succès politique. "


Les nouveaux masques de l’extrême-droite La radicalité à l’ère Netflix

Béatrice Giblin, créée le 17-04-2022

"Je vous recommande le livre de Raphaël Llorca. Il s’agit d’un petit livre, très intéressant pour éclairer nos propos sur Marine Le Pen, et la façon dont elle a adouci son discours, même si à regarder attentivement son programme, on s’aperçoit que rien n’a vraiment changé. L’auteur décrypte les codes esthétiques (les couleurs de ses vêtements, le regard toujours vers le haut, les vidéos de chat, etc.) tout ce qui a dédiabolisé la candidate du RN. Eric Zemmour a de son côté repris le créneau du candidat offensif, y compris sur ses affiches où il regarde bien droit. Ces décryptages aident à ne pas se laisser berner par les subterfuges des communiquants. "


Au cœur de la finance utile A quoi sert votre épargne ?

Lionel Zinsou, créée le 17-04-2022

"Une lecture élitaire et minoritaire, voire un peu austère cette semaine. Eric Lombard, grand serviteur de l’Etat, directeur de la Caisse des dépôts et consignations, signe ce livre qui explique son métier de patron de la plus grande institution financière française publique. L’instrument même du « quoi qu’il en coûte », et la maison mère de la BPI (Banque Publique d’Investissement), caractéristique du macronisme hyper-social-démocrate et hyper-Etat-providence. L’auteur fait partie de la tradition « rocardo-strauss-kahnienne » du pouvoir actuel. Le titre même du livre est paradoxal, puisque très peu de Français accepteraient de qualifier la finance d’utile. On y parle de la banque des territoires, et on traite d’un problème passionnant : comment change-t-on la géographie du pays par un certain type d’instruments et d’investissements ? On parle beaucoup de recréer des « cœurs de ville », d’un « urbanisme raisonné » (qui a ses opposants, notamment les écologistes). Comment se fait la politique économique des territoires ? Avant les législatives, le sérieux de ce livre ne fera pas de mal, pour éclairer la façon dont on crée du bien commun et de nouvelles solidarités dans les territoires. "


Commentaires sur les brèves

Jean-Louis Bourlanges, créée le 17-04-2022

"Je n’ai pas préparé de brève, je rebondirai donc sur les vôtres. Quand on regarde l’histoire des relations franco-algériennes, on s’aperçoit à quel point le vote de la loi sur les aspects positifs de la colonisation en Algérie a été à l’origine d’une rupture morale très profonde entre la population d’Algérie et l’Etat français. Le fait d’introduire un critère de valeur dans la loi, qui n’était en réalité qu’un éloge de la France, absolument pas argumenté de surcroît, a été ressenti comme une gifle par la population algérienne. A propos de la loi PLM, il y a eu des corrélations intéressantes sur les réseaux sociaux. Par exemple entre le nombre d’électeurs parisiens qui ont voté Hidalgo à la présidentielle et le nombre de cyclistes fréquentant la Rue de Rivoli. On voyait que dans les deux cas, les chiffres étaient particulièrement modestes. Pourquoi la majorité n’a-t-elle pas changé cette loi inique ? Parce que les maires de Marseille et de Lyon étaient attachés à ce système, qui bien que profondément choquant, leur avait été favorable. On voit par là que toute réforme du mode de scrutin se heurte toujours à une espèce de terreur sacrée de la part de celui qui a été élu par ce mode que l’on veut changer. Il se dit qu’il ne faut pas changer le système qui a permis son élection. Mais il se trompe : ce qui lui permet d’être élu, c’est un climat favorable, pas un mode de scrutin. Cela me rappelle ce que disait Olivier Philip, grand préfet républicain : « si vous voulez gagner une élection, faites faire la loi électorale par votre adversaire : il veut tout gagner, il perd tout »."


Algérie 1962 Une histoire populaire

David Djaïz, créée le 17-04-2022

"On a célébré il y a quelques semaines les 60 ans des accords d’Evian dans une indifférence quasi-générale, alors que c’est un évènement considérable, tant pour l’Afrique que pour la France. C’est pourquoi je vous recommande ce très bon livre de l’historienne Malika Rahal. Il s’agit du récit des quelques mois qui ont suivi l’indépendance de l’Algérie, vus d’Algérie, et surtout vus de la population. Le livre est très charnel, très sensoriel, on y entend beaucoup de cris, cela pétarade, tire, pleure … L’ouvrage est très bienvenu, car il y avait une espèce de trou noir de ce côté dans l’historiographie algérienne. Cette question algérienne est pour moi centrale, et je signale qu’il y a une proximité à ce propos entre Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron. Elle n’existe pas avec Marine Le Pen, ou Eric Zemmour, qui de leur côté sont dépositaires d’une tradition que Benjamin Stora a qualifié de « sudiste », qui n’a jamais accepté les équilibres résultant de l’indépendance de l’Algérie, et qui continue de travailler idéologiquement, et d’infuser en profondeur une partie du corps social. "


Scélératesse de la loi PLM

Philippe Meyer, créée le 17-04-2022

"Je m’attarde un instant sur le score dans sa propre ville de la maire de Paris au premier tour de l’élection présidentielle : 2,17%. Je voudrais le rapprocher de celui de l’abstention lors du second tour des municipales à Paris en 2020 : 63,29%. Indépendamment de la personnalité de la candidate, ceci me paraît être le fruit d’une loi, inventée par François Mitterrand pour sauver Gaston Defferre à Marseille, la loi dite « PLM » (Paris - Lyon - Marseille). Nous avions publié avec Robert Guédiguian (cinéaste marseillais) et le regretté Bertrand Tavernier (cinéaste lyonnais) une tribune pour en demander l’abrogation. Car cette loi aboutit à une situation que nous déplorons quand elle se passe de l’autre côté de l’Atlantique, comme lors de l’élection opposant Al Gore à George W. Bush, ou Hillary Clinton à Donald Trump : un candidat peut être battu alors qu’il a récolté un nombre de voix plus important que son adversaire. Car il y a des intermédiaires entre les citoyens et les candidats, et ce sont eux qui font l’élection. J’aimerais que les journalistes qui auront l’occasion d’interroger Emmanuel Macron et Marine Le Pen d’ici dimanche prochain leur demandent s’ils s’engagent à abolir cette loi qui mérite absolument le nom de loi scélérate. "





Tartuffe ou l’hypocrite

Philippe Meyer, créée le 03-04-2022

" Depuis le 15 janvier dernier, la Comédie-Française présente une version en 3 actes de Tartuffe, version qui selon les travaux du professeur Forestier serait celle qui a été interdite par Louis XIV. La mise en scène d’Ivo van Hove m'a paru pesante, tape à l’œil, outrée et souvent idiote et je n’en ai que plus admiré que les comédiens parviennent à forcer notre intérêt. Dans la version présentée sur la scène de la Comédie-Française, la pièce s'arrête sur la réponse de Tartuffe à Orgon qui, enfin désabusé, entend le chasser de sa maison : « C'est à vous d'en sortir vous qui parlez en maître. » Il y a quelques jours nous avons enregistré une émission thématique avec Georges Forestier sur son Molière. En présentant la version en trois actes qu'il a élaborée, j'ai précisé qu'elle se terminait sur le triomphe de Tartuffe. À ma grande surprise j'ai vu Georges Forestier me faire derrière son micro de vigoureux signes de dénégation. Nous nous sommes donc expliqué sur ce point et le professeur Forestier m'a indiqué que la version en 3 actes se terminait par la fameuse scène où Madame Pernelle refuse de croire ce que son fils Orgon lui dit avoir vu et lui oppose une dénégation obstinée. Et c'est sur une réplique de Dorine à Orgon que la pièce s’achève : « Juste retour, Monsieur, des choses d'ici-bas : Vous ne vouliez point croire et on ne vous croit pas. » Les vers de la version Comédie française, Ivo van Hove est allé les chercher dans l’acte IV, l’un des deux que Molière rajoutera après l’interdiction. ​Ce tripatouillage du texte de Molière est une lâcheté. Cette fin falsifiée est une escroquerie. Les psychiatres nous apprennent que les hommes impuissants sont nombreux à battre leur compagne. L’impuissance des metteurs en scène à être des auteurs, leur incapacité à se passer des auteurs a conduit et conduira beaucoup d’entre eux à malmener les œuvres auxquelles ils s’attaquent en les tirant le plus loin possible de ce que disent les textes. Je me désole que ce soit dans sa maison et pour célébrer son 400ème anniversaire que cette déloyauté reçoive son billet de logement et que Molière reçoive ce baiser de Judas."