Les brèves

Araborama n°2

Béatrice Giblin, créée le 14-02-2021

"Je vous propose ce deuxième volume d’Araborama. Je rappelle que le premier volume était avait pour titre « le monde arabe existe-t-il ? » ce qui était audacieux pour une publication de l’Institut du monde arabe. Celui-ci s’intitule « il était une fois ... les révolutions du monde arabe ». On trouve dans ce volume, en plus des articles de différents intellectuels, énormément de dessins humoristiques et d’expressions artistiques très intéressants. Je trouve l’ouvrage très éclairant sur la vitalité, la diversité des situations, et la pluralité des points de vue de ce monde arabe. Cela corrige certaines de nos représentations hâtives."


Les écolos nous mentent !

Lionel Zinsou, créée le 14-02-2021

"Je recommande ce livre de Jean de Kervasdoué, professeur au CNAM, très connu pour ses travaux sur la santé publique. Je ne trouve pas le titre très bon, je l’aurais plutôt appelé « dictionnaire des idées reçues sur l’environnement ». Pour qui veut avoir une vision contrastée, avec beaucoup de documentation, et qui remet en perspective les grandes questions environnementales d’aujourd’hui, avec un esprit un peu ironique et polémique certes, il faut lire Jean de Kervasdoué."


Le crépuscule des héritiers

Richard Werly, créée le 07-02-2021

"Je reviens sur la crise sanitaire et sociale actuelle, car j’ai travaillé cette semaine sur l’accroissement des inégalités durant la pandémie, et je suis tombé sur ce livre récent de Denys Brunel qui nous apporte une contribution très intéressante sur l’état réel de la société française. L’auteur y plonge dans les grandes entreprises et nous raconte comment en réalité les dynasties s’y transmettent encore le pouvoir. Tocqueville disait que « la France est une nation assoiffée d’égalité ». A la lecture de ce livre, on comprend mieux pourquoi. "


Apocalypse cognitive

Jean-Louis Bourlanges, créée le 07-02-2021

"Je voudrais vous parler d’un auteur que nous avons reçu ici, Gérald Bronner, qui vient de publier ce livre que vraiment, je crois très important. L’auteur nous dit que notre avenir dépend de notre capacité commune à préférer les bénéfices à long terme aux gratifications immédiates. Mais cela commence par le domaine cognitif, dans l’articulation de la production et de la transmission des connaissances. Selon Bronner, beaucoup de choses nous conduisent à privilégier ce qu’il appelle « les friandises cognitives », comme par exemple les jeux vidéo. C’est une sorte de cambriolage attentionnel dont nous sommes les victimes. Cette apocalypse cognitive tient à une situation décrite par les neuroscientifiques comme un déséquilibre entre le cortex préfrontal, siège des connaissances rationnelles et de leur quête à long terme, et le striatum, siège des gratifications immédiates. Le rôle de ce dérèglement cérébral est fondamental quand nous faisons des arbitrages erronés. La révolution numérique y contribue grandement."


Le chant du poulet sous vide

Lucile Schmid, créée le 07-02-2021

"Je vous recommande la lecture d’un premier roman. Il est signé de Lucie Rico, et je parie que nous entendrons parler d’elle. L’histoire est très drôle, elle met en scène une végétarienne qui hérite d’une ferme d’élevage de poulets. Pour surmonter sa difficulté à exercer cette activité, elle va écrire la biographie de ces volailles. Et grâce au « marketing vert », elle va attirer l’attention d’une grande chaîne de distribution, et ainsi assurer un grand succès à ses biographies. Pour une fois qu’un roman à propos d’écologie est drôle, ne vous en privez pas, l’écriture est acérée."


Citation du Cavalier Marin

Philippe Meyer, créée le 07-02-2021

"Je voudrais citer, pour faire écho à la situation actuelle (et peut-être bien plus ancienne) un texte de Gianbattista Marino, le Cavalier Marin, qui fut célèbre à travers l’Europe au début du XVIIème siècle. Voici comment il parle de la France en 1615 : « La France est toute pleine de contradictions et de disproportions, lesquelles cependant forment une discorde concordante, qui la perpétue. Des coutumes bizarres, des fureurs terribles, des mutations continuelles, des extrêmes sans demi-mesure, des tumultes, des querelles, des désaccords et des confusions : tout cela, en somme, devrait la détruire et, par miracle, la tient debout »."


Les murs blancs

Marc-Olivier Padis, créée le 07-02-2021

"C’est une espèce d’essai documentaire que je vous recommande cette semaine. Il est signé de Léa et Hugo Domenach, les petits enfants de Jean-Marie Domenach, directeur emblématique de la revue Esprit dans les années 1960-70. Les auteurs ont mené pendant dix ans des entretiens avec diverses personnalités ayant connu cette maison de Châtenay-Malabry entourée d’un grand parc. On y croise d’ailleurs Philippe Meyer. Dans cette grande maison aux murs blancs, Emmanuel Mounier, le fondateur de la revue Esprit, avait souhaité mettre en pratique le personnalisme communautaire dont la revue se réclamait, en faisant vivre une petite communauté autour de lui, composée de différentes personnalités. C’est le récit très bien fait de cette communauté de vie, qui n’a pas très bien tourné, mais où toute une bande d’enfants ont vécu dans un lieu magnifique, à l’activité intellectuelle intense."


L’autre art contemporain

David Djaïz, créée le 31-01-2021

"Le hasard a voulu que j’ai lu cette semaine le même livre que Philippe, et je vous le recommande également. Le sous-titre, « vrais artistes et fausses valeurs » ne rend peut-être pas justice à la profondeur du livre, car quand on le découvre, on se dit « encore un texte qui tire à boulets rouges sur l’art contemporain ». Ici le propos est servi par une langue très précise, qui sert des jugements d’esthète. L’auteur a la pudeur de dire qu’il n’est pas un spécialiste, et on a envie de lui en rendre grâce, car c’est ce qui fait la saveur de ses jugements. Ce qu’il y a de particulièrement intéressant, c’est qu’il nous raconte l’histoire d’une société secrète, ces peintre figuratifs français, qui ont continué à exercer leur art en marge des grandes institutions de l’art contemporain,, parmi lesquels le très grand Sam Szafran, mais aussi bien d’autres que vous allez pouvoir découvrir. "


Tempête parfaite - Chronique d’une pandémie annoncée

Lionel Zinsou, créée le 31-01-2021

"Je vous recommande ce petit livre très sage, de Philippe Sansonetti. L’auteur est professeur au Collège de France en virologie, c’est un grand spécialiste en épidémiologie, en particulier de l’émergence des nouvelles maladies infectieuses. Il n’est pas sur les plateaux de télévision, mais il a tenu un journal de la pandémie. C’est à la fois inquiétant, parce qu’on voit à quel point nous aurions pu être mieux préparés, mais aussi rassurant par la description de l’extraordinaire mobilisation des communautés scientifiques, qui ont notamment permis d’avancer sur le vaccin et les traitements. C’est sage, calme, et tout compte fait assez rassurant. "


Les éditions Conférence

Nicolas Baverez, créée le 31-01-2021

"Je vous recommande non seulement un livre, mais un éditeur. Il s’agit des Editions Conférence, qui sont animées par Christophe Carraud, récompensé par le prix Jules Janin pour sa production de deux livres de Salvatore Satta. C’est un auteur italien, qui a écrit entre autres Le Jour du Jugement (que George Steiner considérait comme un des plus grands romans du 20ème siècle). Carraud a traduit des textes de Satta, et des correspondances, et tout est formidable. Plus largement, le site des éditions Conférence propose un choix de livres passionnants, romans, poésie, il y a de quoi contenter tout le monde, et faire de beaux cadeaux. "


L’autre art contemporain

Philippe Meyer, créée le 31-01-2021

"Ce n’est pas un pamphlet, bien que cela en ait les caractéristiques, notamment le côté assez enlevé ; ce n’est pas non plus seulement une enquête, bien qu’il y ait des récits assez détaillés (par exemple, comment Jeff Koons peut passer pour un artiste). C’est également une réflexion sur les rapports avec le beau, menée par un auteur qui a conscience de mettre les pieds dans le plat, et qui par conséquence ne retient pas sa plume et s’en donne parfois à cœur joie. Cela m’a rappelé un autre livre, de Benoît Duteurtre, qui fit du bruit en son temps : Requiem pour une avant-garde, qui montrait comment il y avait eu plusieurs possibilités de développement de l’art, et que certaines avaient été empêchées uniquement pour des questions de rapports de pouvoir."


Autoportrait dans l’atelier

Matthias Fekl, créée le 31-01-2021

"Je vous conseille de lire ce magnifique livre de Giorgio Agamben. Le philosophe fait son propre portrait dans les différents ateliers où il a travaillé. L’atelier n’est pas réservé au peintre, les penseurs aussi y pratiquent leur art. A travers les objets qui s’y trouvent, les livres, les photographies d’amis, il se décrit lui-même indirectement. On n’est pas très loin de la tour de Montaigne, c’est une magnifique méditation sur l’activité de philosophe, et aussi sur le « métier » de vivre."