Les brèves

Routiers

Philippe Meyer, créée le 21-06-2020

"Je voudrais signaler un livre publié aux éditions de L’Iconoclaste par Jean-Claude Raspiengeas, journaliste à La Croix, « Routiers ». C’est un livre de reportage, comme il n’y en a pas assez, fruit d’une année passée dans les 40 tonnes sans lesquels nous n’aurions pas pu tenir pendant le confinement. De quoi est faite la vie quotidienne de ces soutiers de l’économie que nous voyons sans les voir ni les connaître, quelles pressions s’exercent sur eux, comment voient-ils le monde du haut d’une cabine qu’ils quittent de moins en moins, pressés par nos impatiences et nos exigences et bousculés par des employeurs impétueux, privés d’une bonne part de leur vie de famille, sur les routes jour et nuit, par tous les temps et qui maintiennent tant qu’ils peuvent quelques rassemblements qui leur permettent de croire à leur grande famille. On trouvera dans ce livre un chapitre sur Max Meynier, qui anima pendant des années toute la tranche du soir de RTL avec son émission « Les Routiers sont sympas », émission qui fit la preuve qu’on peut -qu’on pouvait- être une radio commerciale et programmer un véritable service public."


Et après ?

Nicolas Baverez, créée le 21-06-2020

"Je voudrais recommander la lecture du dernier livre d’Hubert Védrine. Il est passionnant, qui échappe à la division -d’ores et déjà trop entendue- entre le monde d’avant et d’après, mais regarde ce qui va durer, ce qui s’accélère, et ce qui va changer. Il s’interroge notamment sur la compatibilité entre rance économique et écologie, sur ce que va devenir le système multilatéral face à des risques globaux tels que cette épidémie, sur l’avenir de l’Etat-Nation ... Avec Hubert Védrine, on sait que l’on a affaire à un homme qui a eu une expérience politique et diplomatique au plus haut niveau, mais aussi à quelqu’un qui se remet en question et observe les problèmes de cette période singulière avec un regard neuf. Passionnant. "



Chanson bretonne

François Bujon de L’Estang, créée le 21-06-2020

"Dans ces temps de soucis géopolitiques, il faut avoir recours à la littérature pour essayer de survivre, et je vous recommande vivement ce livre de J-M G Le Clézio que je viens de lire avec énormément de plaisir. Il s’agit de deux textes, le premier est une promenade nostalgique dans les vacances bretonnes de Le Clézio dans les années 1950, le second s’intitule « l’enfant et la guerre », je trouve qu’il s’agit d’un texte très fort, très ramassé, à la fois beau, simple et rude. Le Clézio, à travers les souvenirs personnels qu’il évoque de ces années de guerre qu’il a passées caché dans l’arrière-pays niçois, s’interroge sur le sort de tous les enfants qui subissent les guerres, et considèrent la guerre comme une donnée de leur environnement, sans la comprendre, sans pouvoir l’influencer, en se bornant à la subir et à s’y adapter."


Retour de service

Nicole Gnesotto, créée le 14-06-2020

"Je voudrais vous parler aujourd’hui du dernier roman de John Le Carré, qui vient de sortir. Je ne l’ai pas encore terminé, mais l’ouvrage est absolument passionnant? Je suis une fan de John Le Carré depuis « une petite ville en Allemagne ». Le Carré décrit la société britannique du Brexit avec une acuité extraordinaire. Il est à la fois un très grand romancier et un très grand journaliste politique. J’espère que la fin sera à la hauteur du début !"


Hommage à Robert Poujade

Jean-Louis Bourlanges, créée le 14-06-2020

"Le confinement a eu des effets graves sur mon approvisionnement en journaux, ce qui fait que je n’ai pas appris le décès, début avril, d’un homme qui a beaucoup compté pour moi : Robert Poujade. Il faut saluer sa mémoire, car c’était un homme politique comme on n’en verra plus, et qui à mon avis faisait honneur à la société politique. C’était un littéraire, normalien, il croyait à la puissance des mots. Gaulliste d’après-guerre (puisque trop jeune pour être résistant). Il était extrêmement brillant, c’est lui qui a créé le ministère de l’environnement, à une époque où cette problématique était extrêmement difficile à faire entendre. C’était un précurseur, dont la mémoire doit être saluée, ainsi que l’esprit. Pendant le mandat du président Giscard, alors que Chirac s’impatientait, il m’avait décrit ce dernier de façon remarquable : « Le problème de Jacques Chirac est qu’il est habitué à vivre dans une république où les présidents ne finissent pas leur mandat ». C’était le genre d’observation distante et ironique dont cet homme était capable. "


L’universalité du racisme

Lionel Zinsou, créée le 14-06-2020

"Je voudrais vous recommander le livre d’un professeur, moi qui crois à l’éducation et à l’Histoire. Jean-Loup Amsellea publié il y a quelques semaines ce petit livre. C’est quelqu’un qui a co-écrit « en quête d’Afrique » avec Souleymane Bachir Diagne, qui était déjà excellent. C’est un grand anthropologie de l’Ecole des Hautes Études. Cela nous rappelle que le racisme est minoritaire partout, mais qu’il est aussi universel. "


Le monde sur le vif

Richard Werly, créée le 14-06-2020

"Le monde, on vient de le voir avec cette émission, est souvent chaotique. Rien de tel que le raconter sur le vif. c'est ce que fit pendant des décennies Martha Gelhorn, qui fut l'épouse d'Ernest hemingway. Ses reportages au long cours, de l'avant guerre jusqu'au procés Eichmann et à la mort de Franco en Espagne, sont regroupés dans un très beau livre Le monde sur le vif publié par les Editions du sonneur. Un hommage au journalisme de terrain, celui des vérités que nous devons avoir le courage de raconter. "


Les vérités inavouables de Jean Genêt

Philippe Meyer, créée le 14-06-2020

"« Monition ». Monition est un mot issu du droit canon et qui signifie avertissement adressé par l’autorité ecclésiastique avant que ne soit infligée une censure. Le dérèglement du climat intellectuel fait que, chaque année, il pleut davantage de monitions sur les réseaux sociaux, puis dans ceux des médias qui croient y entendre la vox populi, réseaux et médias qui ont désormais remplacé l’autorité ecclésiastique. Ces derniers mois, les monitions ne tombent pas en pluie, mais en rafales et en giboulées. Ces dernières semaines, ces derniers jours, ce ne sont plus des rafales et des giboulées, c’est la mousson.  Des quantités de personnes notoires ou avides de le devenir, se précipitent à la recherche tantôt d’un gredin, scélérat, à moucharder, tantôt d’une victime à chaperonner. Ils entraînent derrière eux followers et journalistes. Pour que ces intentions aient de la noblesse, il faut qu’elles relèvent d’un souci de justice plutôt que du souci de soi. Pour qu’elles relèvent d’un souci de justice, il faut que les affaires sur lesquelles se prononcent ces personnes soient instruites à charge et à décharge. Or les charges sont toujours présumées et de décharge, on n’observe guère que la décharge d’adrénaline que procure à des bourreaux en herbe la perspective de faire tomber des réputations comme au chamboule-tout. A tous ces exécuteurs précoces, je propose un livre de l’historien Ivan Jablonka paru au Seuil en 2005. Ils y verront comment leurs prédécesseurs, dont beaucoup sont encore en service, on fait passer pour une victime, et même pour une sorte de porte-parole de toutes les victimes du monde, un écrivain qui avait célébré la radicalité du nazisme et de la milice et qui chanta la poésie du massacre d’Oradour sur Glane, où, il y a 76 ans, une unité de Waffen SS massacra 642 habitants, hommes, femmes et enfants. Le livre s’intitule « Les Vérités inavouables de Jean Genêt »."


L'énigme de la chambre 622

Nicole Gnesotto, créée le 07-06-2020

"Je serai beaucoup plus superficielle, et j’aimerais vous parler du best-seller annoncé de l’été, le quatrième roman de Joël Dicker, d’ores et déjà en tête des listes de vente, premier tirage à 400 000 exemplaires. J’ai un sentiment très ambivalent, et je vous le livre. A la fin des 659 pages, quand vous refermez le livre, vous vous dites : « c’est vraiment nul ». Et pourtant durant toute la lecture se produit un phénomène d’addiction à l’intrigue qui est assez exceptionnel. Au final, je ne sais pas ce qui l’emporte : le plaisir de l’intrigue ou la déception d’avoir perdu son temps pour ce qui est tout, sauf de la littérature. "


L’Aigle, le Dragon et la crise planétaire

Béatrice Giblin, créée le 07-06-2020

"C’est un ouvrage qui correspond très bien à nos discussions d’aujourd’hui, puisqu’il s’interroge sur la rivalité entre Chine et USA à l’aune des changements climatiques. Les deux puissances connaissent des phénomènes climatiques extrêmes, qui risquent de les pénaliser très fortement, or elles sont les plus grosses productrices de gaz à effet de serre, se livrent à une compétition féroce sur l’accès au ressources, font peser un poids très lourd sur la biodiversité, etc. D’une certaine façon, la course à la puissance de ces deux géants pourrait bien les mener à leur perte. "