Les brèves

D-Day Land

Philippe Meyer, créée le 03-07-2022

"Nous avons discuté de questions mémorielles aujourd’hui, j’y rattacherai ce phénomène normand du « D-Day Land », une espèce de parc d’attractions autour du débarquement, contre lequel beaucoup de gens et notamment les derniers survivants du débarquement se sont élevés. Le Monde a récemment publié un article de Clémentine Goldszal sur le promoteur de ce projet, Roberto Ciurleo. On y apprend que si les maires qui soutiennent le projet le font pour qu’on parle de leur commune, cela ne se passera peut-être pas comme ils l’espèrent, ils risquent plutôt de figurer dans les pages judiciaires. On voit bien les ravages de la communication dans cette affaire, on voit aussi à quel point tous ceux qui ont idéalisé les maires et le fonctionnement des mairies, président de la République inclus, se mettent le doigt dans l’œil, et sacralisent des responsabilités qui méritent d’être passées au crible de la critique et de l’analyse, comme toutes les autres. Ce « Parc Astérix » du débarquement n’est pas seulement une gifle pour tous ceux qui ont participé à l’évènement, c’est aussi une illustration absolument exemplaire des ravages de la communication dans les modes de gouvernement, même à leur premier niveau, celui des municipalités. "


Terres de sang, l’Europe entre Hitler et Staline

Marc-Olivier Padis, créée le 03-07-2022

"Je voudrais parler d’un livre qui a fait date, de l’historien américain Timothy Snyder. Gallimard vient d’en publier une édition augmentée, il y a désormais une substantielle postface de l’auteur, à la lumière des évènements récents. Le mérite de ce livre est d’avoir attiré l’attention sur un espace européen très particulier : tout ce qui se situe à l’est de l’Allemagne et à l’ouest de la Russie : la Pologne, la Biélorussie, l’Ukraine, les pays baltes, qui ont été balayés à la fois par la terreur soviétique et la terreur nazie, l’Holocauste, la grande famine, les exterminations de populations civiles pendant la guerre … Ces « Terres de sang » ont connu la mort de plus de 14 millions de personnes entre 1933 et 1945. L’ouvrage est un renouvellement du regard historique sur le continent, on se rend compte qu’il y a là un trou noir dans notre mémoire collective. Ce qui explique sans doute que Snyder ait été capable de mettre en avant ces aspects peu connus et insuffisamment travaillés de cette période noire, c’est qu’il parle six langues. Et quand on regarde sa bibliographie, on voit des sources en anglais, en allemand, en français, en ukrainien, en russe et en polonais. Cela donne à son travail historique une ampleur absolument admirable. "


L’enseignement de l’allemand en France

Michaela Wiegel, créée le 03-07-2022

"Je voulais lancer un cri d’alarme quant à l’apprentissage de l’allemand en France. Ce changement d’époque nous montre l’importance d’une bonne entente franco-allemande pour l’Europe. Malheureusement, les chiffres sont réellement effrayants : il n’y a eu que 85 candidats admissibles au concours du CAPES, pour devenir professeurs d’allemand, pour 215 postes, ce qui n’était déjà pas beaucoup. Après la réforme du bac, nous avons aussi eu les chiffres des élèves qui font une spécialité allemand, c’est à dire qui ont le meilleur niveau : 51. C’est inférieur à la spécialité de latin. L’anglais et l’espagnol dominent presque totalement. Certes, il y a les classes européennes, et le baccalauréat international, mais si l’on veut avoir une connaissance intime de la langue allemande, il faut faire plus d’allemand dans les filières générales."


Le sumac, dix façons de le préparer

Akram Belkaïd, créée le 03-07-2022

"Je vous propose un ouvrage culinaire pour apporter un peu de légèreté à nos conversations de cette semaine. Il est signé de Claire Bastier, une journaliste qui connaît très bien le Proche-Orient. Elle a écrit un petit livre sur le sumac et les façons de le préparer. Pour ceux qui ne le connaissent pas, le sumac une épice astringente, très présente dans les plats du Proche-Orient. Il y a bien entendu le côté festif et convivial d’un livre de recettes, mais comme toujours, la cuisine raconte une région et une société. Un peu d’évasion dans cette période estivale, tout en prenant connaissance d’une approche culinaire encore peu répandue en France. "


Les rangers du ciel

Richard Werly, créée le 26-06-2022

"Je vous emmène loin de des arcanes de la politique française, vers les Etats-Unis des années 1930. Gallimard vient de rééditer dans la Série noire ces nouvelles policières de Horace McCoy. C’est l’histoire d’une escadrille de policiers d’élite du Texas. Je ne savais pas qu’Horace McCoy (également l’auteur d’On achève bien les chevaux) avait lui-même été aviateur dans l’armée américaine pendant la première guerre mondiale. Toutes les intrigues se situent à peu près le long du Rio Grande, et pourtant l’auteur ramène à chaque fois dans le récit des villes comme Montargis, Romorantin, où il a été stationné. C’est assez poétique de voir comment le souvenir de la France fut rapporté jusqu’au Texas."


La démocratie écologique

Lucile Schmid, créée le 26-06-2022

"Je crains que la lecture que je vous recommande ne soit moins palpitante, mais elle est tout de même passionnante. Depuis quelques jours, on a arrêté de penser à la Convention citoyenne sur le climat, au grand débat national, à tout ce qu’on appelle la « démocratie délibérative », au profit d’un retour à la « démocratie parlementaire » traditionnelle. Cet ouvrage collectif revient sur les multiples tentatives d’enrichissement de notre vie démocratique qui ont eu lieu pendant le premier quinquennat d’Emmanuel Macron, mais aussi sur leurs échecs, dus à la fois à des problèmes d’organisation, aux aspirations du président de la République, mais aussi à l’incapacité de notre société à transformer les essais. L’échec de la primaire populaire nous rappelle qu’enrichir la démocratie est une affaire complexe. Gardons cela en tête car le nouveau Parlement devra aussi se tourner vers la société, et pas seulement enchaîner les épisodes et les saisons de notre série politique française."



Mémoires de Jean Monnet

Jean-Louis Bourlanges, créée le 26-06-2022

"Je vous recommande les mémoires de Jean Monnet, qui ont été rééditées en avril dernier, augmentées de deux préfaces, l’une d’Emmanuel Macron et l’autre d’Ursula von der Leyen, ainsi que d’une postface d’Éric Roussel. Ces mémoires furent largement rédigées par François Fontaine, qui est une excellente plume. Il faut s’intéresser à Jean Monnet si l’on veut éclairer les questions européennes actuelles. Monnet combine deux qualités rares : d’une part un très grand pragmatisme, de l‘autre une confiance en des institutions, des droits et des procédures. Au moment où l’on aborde des questions comme les relations avec la Pologne ou la Hongrie, ou l’élargissement à l’Ukraine ou à la Moldavie, il est bon de rappeler qu’on n’adhère pas à l’Europe comme on entre dans un restaurant. C’est un ensemble de valeurs, de principes et de procédures, et cela se mérite. Il ne s’agit pas d’être riche, il s’agit de comprendre qu’on est dans un club de démocraties respectueuses des procédures . Ce n’est qu’à ce prix qu’on pourra organiser un rapprochement avec d’autres pays qui ne sera pas le délitement dans lequel nous nous sommes engagés dans les dernières décennies. "


L’énergie et la passion

Philippe Meyer, créée le 26-06-2022

"Je fais partie de ceux (heureusement, de plus en plus nombreux) qui sont très étonnés de la durée de l’imposture Jack Lang. Imposture politique, intellectuelle et morale. Le temps fera son œuvre, mais il y a un autre moyen pour remettre à leur place les rodomontades de ce mirobolant, c’est ce livre d’entretiens entre Jacques Toubon et Maryvonne de Saint-Pulgent. Jacques Toubon a acquis une bonne réputation en tant que Défenseur des droits, mais en tant que ministre ce n’était pas le cas. Quand il était ministre de la Culture et de la Francophonie, sa loi sur la langue avait inspiré beaucoup de quolibets. Il faut aussi reconnaître qu’en le faisant passer de la Culture à la Justice, notamment pour protéger Jean Tibéri et quelques autres, Jacques Chirac ne lui a pas rendu service. Il n’empêche qu’il fut un ministre de la Culture qui prit son portefeuille très au sérieux, c’est ce que détaillent ces conversations avec Maryvonne de Saint-Pulgent, à l’époque en charge du Patrimoine."