Les brèves

L’ensauvagement

Jean-Louis Bourlanges, créée le 30-10-2022

"Je voudrais évoquer des textes de Thérèse Delpechqui m’ont été recommandés par un haut gradé de l’armée française. C’était une personnalité extraordinaire, qui lorsqu’elle se trompait ne faisait pas les choses à moitié, pas plus que quand elle avait raison. Elle a publié ce livre, dont je vous lis deux extraits. « Vingt ans, c'est la période dont la Chine a besoin pour moderniser son armée. A cette date (2025), ses ambitions régionales pourront voir le jour et il sera trop tard pour les arrêter. La Chine ne se contentera pas d'un rôle regional, contrairement à l'Europe d'aujourd'hui. Elle se prépare à remplacer l'URSS dans son rôle de superpuissance face aux Etats-Unis et elle met beaucoup d'intelligence et de détermination dans cette entreprise. Si en 2025 le monde fait face à une Chine autoritaire, économiquement prospère et qui a le bénéfice de 30 ans de croissance de son budget militaire à un rythme annuel de 10% en moyenne - les réformes économiques permettant de financer la modernisation de l'armée - on ne pourra plus exercer la moindre influence sur elle. » Et sur la Russie : « La Russie est entrée dans une phase d'auto-destruction qui tient à la médiocre qualité des élites au pouvoir et à la dépression profonde qui a suivi l'échec des années 1990, mais peut-être aussi aux effroyables tragédies du siècle passé. Celles-ci ont des témoins dans chaque famille et le retour de l'imagerie stalinienne ne peut guère être interprété comme un simple désir de retour. L'esprit de revanche est le symptôme d'un pays traumatisé, en pleine phase de régression, prêt non à récupérer sa zone d'influence mais à perdre ce qui lui reste, avec des poussées d'agressivité impuissante. Il ne suffit plus d'inspirer la peur pour reconstruire un Etat fort. Les méthodes Andropov ont été celles d'une fin de règne et leur retour fournit une image supplémentaire du caractère réactionnaire du régime en place à Moscou. Elles peuvent broyer les contre-pouvoirs, mais ne produisent que de la destruction. La Russie est dirigée par la partie la plus imprévisible et la plus corrompue des services spéciaux. Ce qui constituait leur élite, plus éclairée et plus ouverte au monde, est écarté du président qu'elle méprise. Les services russes qui détiennent le pouvoir ont, eux aussi, connu une forme de décadence. L'urgence politique est de reconnaître la fin de l'empire et celle d'« un chemin particulier » de la Russie […] Mais l'idée même de démocratie étant associée dans la population russe aux privatisations sauvages et à la corruption de l'ère de Boris Eltsine, les rêves d'empire ne se sont pas effondrés, la désagrégation se poursuit et la catastrophe russe n'est pas encore achevée. »"


Hommage à Pierre Soulages

Nicolas Baverez, créée le 30-10-2022

"J’aimerais rendre hommage à deux œuvres noires. Celle de Pierre Soulages d’abord, qui nous a quittés le 26 octobre. Je recommande évidemment à nos auditeurs la visite de l’extraordinaire musée Soulages à Rodez, qui donne de son œuvre une représentation très cohérente, y compris dans l’architecture du bâtiment. Il faut évidemment aussi aller à l’abbaye de Conques, dont Soulages réalisa les vitraux, et où il eut la révélation de sa vocation de peintre."


Londres

Nicolas Baverez, créée le 30-10-2022

"L’autre œuvre est l’un des manuscrits récemment retrouvés de Céline, qui est la suite de « Guerre ». Souvent, les manuscrits retrouvés d’un auteur n’ont pas grand intérêt. Ce n’est pas le cas ici, les textes sont tout à fait impressionnants. Ferdinand, le héros de « Guerre », arrive à quitter la France pour Londres, où un certain nombre de gens tentent d’échapper à la mobilisation pour la Grande guerre. La description des bas-fonds de Londres est une vision tout à fait extraordinaire. Comme toujours avec Céline, c’est à la fois très cru et très vrai."


Poulet frites

Philippe Meyer, créée le 30-10-2022

"La Belgique semble être un pays peuplé de personnages de bande dessinée. On les trouve non seulement dans les multiples productions locales du 9ème art, mais aussi grâce aux cinéastes. On se souvient sans aucun doute de l’étonnante émission de la RTBF, reprise sur France 3, Strip-tease, de Marco Lamensch et Jean Libon. Ce dernier est co-auteur avec Yves Hinant de ce film documentaire, diffusé en ce moment dans les meilleurs cinémas. C’est l’accompagnement d’une enquête policière à propos d’un meurtre, avec des personnages dont on a du mal à croire qu’ils ne sortent pas de l’imagination d’un scénariste, jusqu’à leur aspect physique. C’est à la fois très étonnant et très plaisant. Une réussite. "


Bibliothèque Nationale Richelieu

Nicole Gnesotto, créée le 23-10-2022

"Allez donc voir la Bibliothèque Nationale Richelieu, qui vient de rouvrir ses portes après douze années de rénovation. L’immense salle de lectures ovale est toujours là, magnifique et studieuse, mais à présent il y a aussi un musée, qui compte 900 artefacts qu’on n’avait pas vus depuis des décennies, qui correspondent aux collections des cabinets royaux, que Colbert avait décidé de mettre dans un lieu unique. On y voit des choses formidables, comme le trône de Dagobert, l’échiquier de Charlemagne, une collection de camées absolument magnifique … Une splendeur."


La maladie blanche

Akram Belkaïd, créée le 23-10-2022

"Je vous conseille d’aller voir une pièce théâtre cette semaine. C’est l’histoire d’une maladie venue de Chine qui se répand, tue plus particulièrement les personnes âgées, pour laquelle on rêve de trouver un vaccin-jackpot. Pendant ce temps, les rumeurs et les fake news circulent, les Etats se font un peu la guerre, les comportements égoïstes reviennent … Cela vous rappelle sans doute quelque chose, et pourtant cette pièce de Karel Capek date de 1937. La pièce se joue au théâtre La Belle Étoile, à Saint-Denis, j’invite nos auditeurs parisiens à faire ce pas pour voir ce que la compagnie Jolie Môme a fait de cette œuvre étonnante et si prophétique."


Le Shah

Philippe Meyer, créée le 23-10-2022

"Je vous recommande ce livre déjà ancien du journaliste polonais Ryszard Kapusciński. C’est la description de la révolte en Iran et de la chute du Shah. Cela fait un écho absolument étonnant à ce qui est en train de se passer. Cela donne l’idée un peu étrange que cette lecture anachronique est le moyen d’être auprès de celles et ceux qui sont en train de se révolter en Iran, avec la même endurance dans la souffrance et dans le mal infligé par les forces de l’ordre. Les comportements infâmes de la police iranienne pendant la chute du Shah sont fort utilement rappelés par l’auteur, mais à l’époque, les mollahs paraissaient à certains être une alternative possible. Aujourd’hui, il semble n’y en avoir aucune. Le livre est aussi attachant qu’il est frappant. "


Atlas géopolitique de la Russie

Béatrice Giblin, créée le 23-10-2022

"En ce moment, les atlas sont légion. Celui que je vous recommande est le premier qu’a publié le journal Le Monde, sous la direction de Delphine Papin, la responsable du service géopolitique du quotidien. L’ouvrage est réalisé par l’importante équipe de cartographie du Monde, mais il comprend aussi les commentaires des journalistes. C’est extrêmement intéressant, d’abord parce que les cartes sont de grande qualité, avec des légendes intelligentes, qui font suivre un raisonnement. Cela éclaire considérablement la lecture de la carte. Il y a évidemment une partie historique, avec la constitution de l’empire, puis la façon dont Moscou a cherché à contrôler son étranger proche, avec la Biélorussie par exemple, ou les rapports Russie - OTAN. Il y a également beaucoup de graphiques. Et bien évidemment un chapitre consacré à l’Ukraine. "


Boris Mikhaïlov - Journal ukrainien

Michel Eltchaninoff, créée le 23-10-2022

"Je vous recommande cette exposition qui m’a beaucoup impressionnée, à la Maison Européenne de la Photographie. Mikhaïlov est un vétéran de la photographie en Ukraine. Il est né en 1938 à Kharkiv, dans l’Est du pays. Pendant le dégel, il fait beaucoup de photos de nu, ce qui lui vaudra des accusations de pornographie de la part du KGB. Cela ne l’a pas arrêté, Mikhaïlov est un artiste subversif, sans doute érotomane, il superpose parfois, dans des collages très amusants, certains nus sur des symboles du soviétisme, car il est également dissident. Il colorise des photos officielles, prend des clichés dans la rue, réalise une parodie de vacances chic en Crimée dans les années 1960 … Et puis il accompagne l’Histoire de son pays. On peut voir des clichés absolument poignants de la misère des années 1990. Il nous donne à voir l’Histoire de l’Ukraine. Courez-y, c’est magnifique. "


Madame l’Ambassadeur : de Pékin à Moscou, une vie de diplomate

Philippe Meyer, créée le 16-10-2022

"Je vous recommande ce livre de Sylvie Bermann, première femme à avoir été élevée à la distinction d’Ambassadeur de France. C’est beaucoup plus que « de Pékin à Moscou », ce pourrait être « de Pékin à Pékin », puisqu’elle a commencé sa carrière dans le Pékin maoïste pour la finir dans celui de Xi Jinping. Elle raconte également différentes négociations auxquelles elle a participé, notamment celle pour le traité de paix au Cambodge, qui fut très compliquée. L’avenir dira s’il faut ou non un corps diplomatique, mais ce livre prouve une fois de plus que la diplomatie est un métier, qui demande beaucoup de finesse et de vision."


Une étrange obstination

Lionel Zinsou, créée le 16-10-2022

"Je vous conseille le livre de Pierre Nora. Il est biographique, et l’académicien y fait montre d’une jeunesse à peine imaginable pour ses 91 ans. Il retrace sa vie d’éditeur et d’historien. Il fut chez Gallimard le créateur de toutes les collections d’Histoire. Avec la revue « le Débat » et avec toutes ses publications, qu’elles soient grand public ou académiques, il est un peu l’équivalent de ce que fut Gide pour la Nouvelle Revue Française il y a cent ans. On voit passer quelques grands penseurs dans ce livre : Jacques Derrida, Michel Foucault, Marcel Gauchet, et tous les grands historiens des Annales (Le Goff, Braudel …). C’est une biographie collective de ce qui fut probablement la plus grande épopée de sciences sociales en langue française. "


L’internat

Jacques Pilet, créée le 16-10-2022

"Ce livre de me tient beaucoup à cœur. Son auteur Serhiy Jadan est un grand écrivain ukrainien (dont plusieurs livres sont traduits). Celui-ci décrit la situation dans le Donbass en 2014. L’auteur est originaire de cette région (de Lougansk) et il décrit l’histoire d’un prof qui va chercher son neveu dans un internat situé dans une zone de combat. La description des débuts de ce conflit est absolument saisissante, on voit que c’est une guerre civile : les Ukrainiens entre eux s’opposent, se méfient, se dénoncent ou se tolèrent. On écoute l’accent de son interlocuteur pour lui témoigner sympathie ou hostilité … Il n’y a pas réellement de ligne de front, seulement quelques explosions ici ou là. Mais surtout des villes étouffées par la peur, avec des chiens qui rôdent, des bus qui s’arrêtent en pleine campagne, des trains qui ne partent pas, une sorte de pourriture de la vie quotidienne, avec au ventre la peur de l’Autre. J’ai rarement lu un récit qui parle de la guerre ainsi. "