Les brèves

Illusions perdues

Nicolas Baverez, créée le 28-11-2021

"Les classiques continuent à nous éclairer. On s’aperçoit que Tocqueville est encore très précieux pour comprendre la démocratie américaine. Quand il s’agit de la presse ou des médias d’aujourd’hui, on pense évidemment à Balzac et aux Illusions perdues. Le film qu’en a tiré Xavier Giannoli est excellent, il nous fait prendre conscience de la puissance d’anticipation de Balzac, qui au moment où naissait la presse avait bien compris qu’elle était naturellement l’otage de ses propriétaires, de la réclame, et des fausses nouvelles. Un commerce sans foi ni loi, en somme. Balzac fait dire à l’un de ses personnages « un journal n’est plus fait pour éclairer mais pour flatter les opinions ». Il observait que le journalisme était la religion des sociétés modernes, mais que son clergé était déjà corrompu. C’est toujours le cas."


La France dans le bouleversement du monde

Michaela Wiegel, créée le 21-11-2021

"Cet ouvrage signé de l’ancien diplomate Michel Duclos est vraiment pour moi la meilleure tentative actuelle pour structurer et donner un sens à la diplomatie d’Emmanuel Macron, qui peut au premier abord sembler très contradictoire. Michel Duclos parvient, avec une immense connaissance des traditions diplomatiques passées, à en dégager les grandes lignes. On en apprend également beaucoup sur tous les changements intervenus depuis la chute du mur de Berlin. "


La légèreté et le grave une histoire du XVIIIe en tableaux

Marc-Olivier Padis, créée le 21-11-2021

"C’est chez mon libraire que je suis tombé sur ce livre d’une historienne que je ne connaissais pas, Cécile Berly. Comme le sous-titre l’indique, il s’agit de raconter l’histoire du siècle à partir de dix tableaux, de Watteau, Boucher, Bonnard, Vigée Le Brun, David … C’est vraiment passionnant de parcourir cette époque à partir de ces commentaires très bien faits, cette remise en perspective de la réception de ces productions à l’époque, ainsi que la biographie des peintres. Ce siècle de l’intelligence était aussi celui de la sensibilité, car pour les Lumières, les deux étaient indissociables. "


La France sous nos yeux

Nicolas Baverez, créée le 21-11-2021

"Je vous recommande ce livre de Jérôme Fourquet et Jean-Laurent Cassely, qui est d’une certaine manière l’autre face de celui de Michel Duclos. Là aussi, on découvre à quel point la France a changé , et les auteurs nous le montrent « par le bas », avec des indications très concrètes, qui donnent la mesure de la désindustrialisation, qui montrent combien les lieux de sociabilité et les valeurs se sont modifiés, qui retracent la façon dont l’écart entre les classes s’agrandit. Et surtout, tout est appuyé par des indicateurs très variés, c’est une plongée absolument saisissante."


L’homme qui voulait être aimé

Richard Werly, créée le 21-11-2021

"Ce récit biographique de la vie de l’avocat Georges Kiejman vient juste de sortir, il est co-signé de Vanessa Schneider (journaliste du Monde). Ce qui m’a le plus touché dans le récit de la vie de Kiejman, c’est toute la partie où il raconte comment enfant, il s’est retrouvé dans le Berry, à Saint-Amand-Montrond. Il rend hommage à son directeur d’école, qui a intégré cet enfant juif dans sa classe. Kiejman, bon élève, prend la première place de la classe devant le fils de l’instituteur, qui ne lui en tiendra jamais rigueur et l’aidera même à trouver une place dans un internat de la ville. Je n’ai jamais rencontré Georges Kiejman mais ce récit de sa vie m’a passionné. "





La guerre de vingt ans

Philippe Meyer, créée le 14-11-2021

"Lauréat du Prix du Livre de Géopolitique 2021. Vingt ans, déjà, que les tours du World Trade Center se sont effondrées. Qui aurait cru alors que, deux décennies plus tard, la guerre globale contre le terrorisme se poursuivrait sans issue en vue ? Des sables du Sahara aux jungles d'Asie du Sud-Est, des plaines irakiennes aux montagnes afghanes, les pays occidentaux et leurs alliés continuent de pourchasser des djihadistes à la détermination sans faille. La menace n'est pas cantonnée à ces contrées lointaines : l'Europe – et singulièrement la France – a payé un lourd tribut à ce long conflit. Al-Qaida a fait preuve d'une résilience remarquable et de nouveaux groupes, comme l'État islamique, sont apparus. La chute du " califat " proclamé par Daech n'a pas signé la fin de cette organisation, et encore moins celle de son idéologie mortifère. Le monde compterait deux à trois fois plus de combattants djihadistes aujourd'hui qu'au début du siècle. Ce constat d'une interminable guerre d'usure interroge : qu'avons-nous fait de ces vingt ans ? En dépit des centaines de milliers de vies perdues et des sommes considérables dépensées, pourquoi la menace est-elle encore si élevée ? Fruit de plusieurs années d'enquêtes de terrain, cet ouvrage exceptionnel constitue la première histoire de la guerre contre le terrorisme de 2001 à aujourd'hui. Décryptant les dynamiques stratégiques de cet affrontement, les auteurs expliquent pourquoi il est si difficile de casser la spirale de la violence et tirent de ces deux décennies de lutte des leçons essentielles pour l'avenir."


Cultivons-nous Bien manger avec les paysans d’aujourd’hui

Lucile Schmid, créée le 07-11-2021

"Le deuxième livre que je vous recommande est très différent, il a été coordonné par Edouard Bergeron, le réalisateur du film « Au nom de la Terre » qui a eu un très grand succès. J’ai aimé ce livre parce qu’il va contre les idées reçues. Rien n’y est tout noir ou tout blanc, il ne faut par exemple pas opposer le bio à l’agriculture conventionnelle. C’est bourré de portraits très émouvants, il y a des recettes de cuisine, et tout un travail sur le parcours à accomplir pour réintégrer le lien entre agriculture et nourriture. Je trouve ce livre absolument palpitant. "



La force des femmes

Jean-Louis Bourlanges, créée le 07-11-2021

"Je ne peux que redoubler les encouragements de Béatrice à lire le livre de M. Mukwege et à vous intéresser à son travail. Nous l’avons invité à la Commission des Affaires Étrangères de l’Assemblée Nationale, et c’est un personnage tout à fait remarquable. Nous soutenons son combat pour introduire à l’ONU la criminalisation et la poursuite de ces crimes. Ce qu’a démontré le Dr Mukwege, c’est que ces viols ne sont pas des exactions, mais une arme de destruction massive contre des sociétés. Ces violences s’attaquent à l’ordre économique, à la cohésion sociale, à la crédibilité morale. Tout cela ne peut être reconstruit qu’à la condition de poursuites pénales. Reconnaître que ces horreurs sont des crimes est ce qui peut permettre à ces femmes de cesser de culpabiliser. "