Les brèves

G. K. Chesterton

Philippe Meyer, créée le 14-01-2024

"Il y a des auteurs dont l’œuvre se transmet le long d’un chemin d’affection qui va de lecteur en lecteur. Alexandre Vialatte est de ceux-là, et le très britannique Chesterton, que Borges citait comme l’un de ses principaux maîtres et que son contemporain, ami et adversaire George Bernard Shaw décrivait comme un homme d’un génie colossal. Comme toujours, avec George Bernard Shaw, l’éloge comportait une pique car Chesterton avait l’appétit, et donc le physique d’un ogre. Il mesurait 1,93 mètre et pesait 130 kilos. Shaw, lui, était si maigre que Chesterton lui dit un jour qu’à le voir, on en déduirait que la famine sévit au Royaume-Uni et Shaw de lui répliquer, « à vous voir, on pourrait penser que c’est vous qui en êtes la cause ». Politiquement, Chesterton soutenait que  « Le monde s'est divisé entre Conservateurs et Progressistes. L'affaire des Progressistes est de continuer à commettre des erreurs. L'affaire des Conservateurs est d'éviter que les erreurs ne soient corrigées » Il portait une attention particulière et affectueuse à la tradition, qu’il justifiait ainsi : « La Tradition étend le droit de suffrage au Passé. C'est le vote recueilli de la plus obscure de toutes les classes, celle de nos ancêtres. C'est la démocratie des morts. La tradition refuse de se soumettre à la petite oligarchie arrogante de ceux qui n'ont rien fait d’autre que naître. Les démocrates n'admettent pas que des hommes soient disqualifiés du fait de leur naissance ; la tradition n'admet pas qu'ils le soient du fait de leur mort. La démocratie nous interdit de négliger l'opinion d'un honnête homme, même s'il est notre valet de chambre. La tradition nous requiert de ne pas négliger l'opinion d'un honnête homme, même s'il est notre père. »"


Enfin libre : grandir quand tout s’écroule

Michaela Wiegel, créée le 14-01-2024

"Alors que la conscience d’une Europe sur le déclin s’aiguise, j’ai trouvé très rafraîchissant ce livre d’une autrice albanaise, Léa Ypi, qui enseigne désormais à Londres. Elle nous rappelle d’une façon extraordinaire tous nos idéaux. Cela commence par sa grand-mère, qui dans l’Albanie communiste ne lui parle qu’en français, cette langue qui constitue un dernier espace de liberté. Ce qui est le plus sympathique dans ce livre, c’est le récit de la découverte de l’Occident, de l’ouverture jusqu’aux envoyés de la Banque mondiale envoyés pour convertir l‘Albanie à l’économie de marché, et comment tout cela a été vécu dans la population, à travers les yeux de l’adolescente qu’elle était alors. Si vous avez besoin d’un message d’espoir, ce livre est fait pour vous."


Enver Hoxha : du totalitarisme en Albanie

Philippe Meyer, créée le 14-01-2024

"J’en profite pour signaler le livre de Bertrand Le Gendre, que je viens juste de recevoir et n’ai pas encore lu. Enver Hoxha était un dictateur extraordinairement pittoresque (sauf pour son peuple), qui a réussi à enfermer l’Albanie sur elle-même, après s’être fâché avec Staline, Mao, Tito, et à peu près tout le monde. Il était cependant très francophile (et francophone), au point d’avoir inspiré une secte en France, tout sanguinaire qu’il était … "


Il y avait du poison dans l’air

Akram Belkaïd, créée le 14-01-2024

"Je vous recommande ce roman de Jabbour al Douaihy, traduit de l‘arabe par Stéphanie Dujols. L’auteur est était libanais, il est décédé il y a peu, il s’agit de son dernier livre. Le roman raconte la vie d’un homme, de la fin des années 1950 jusqu’à l’explosion du port de Beyrouth. C’est le portrait d’un dandy, cultivé, épris de littérature, et dont la vie est un amoncellment de désillusions. Tout cela est très bien raconté, et dresse en creux le portrait d’un pays. C’est un instantané de l’Histoire du Liban, un peu l’inverse de ce que font beaucoup de Libanais qui quittent leur pays pour vivre à l’étranger. Ici, il s’agit d’un exil intérieur."


La note

Richard Werly, créée le 14-01-2024

"J’aimerais rendre hommage à une actrice que j’ai redécouverte au théâtre, où elle est pourtant rare : Sophie Marceau. Elle joue dans cette pièce qui est désormais en tournée, avec François Berléand. Elle y joue une pianiste dont le mari, psychanalyste, tente de se suicider. Elle arrive littéralement au moment où il a la corde au cou. Je ne vous en dis pas plus, mais j’ai trouvé Sophie Marceau très juste, très crédible en tant que femme talentueuse qui redécouvre son mari et sa vie, qui relie les épreuves qu’elle a subies et les oublis qu’elle a assumés. Je suis allé voir cette pièce au moment où Sophie Marceau faisait une déclaration à propos de Gérard Depardieu. Elle n’a joué qu’une fois avec lui, dans le film Police, de Maurice Pialat, et l’avait trouvé violent et vulgaire. A partir de ce moment, elle n’a plus voulu en entendre parler, sans pour autant signer la moindre tribune, pour ou contre lui. J’ai trouvé que cette prise de parole était digne, de la part d’une actrice emblématique d’une certaine France, qui ne s’est pas laissée impressionner par ces grands animaux du cinéma. Honnête et intègre."


Mappemondes : un voyage dans le temps pour raconter le monde contemporain

Béatrice Giblin, créée le 07-01-2024

"Je vous recommande un nouvel atlas, celui de Xemartin Laborde, cartographe pour le journal Le Monde. C’est réalisé avec Delphine Papin et Francesca Fattori, et je dois vous avouer qu’ils sont tous trois mes anciens étudiants. Je suis très fière d’eux, car ils font un travail de grande qualité, une fois par semaine dans Le Monde, et ici avec ce livre. Xemartin Laborde a eu l’idée de reprendre la mappemonde, format très en vogue au XVIIIème siècle, avec une graphie un peu surranée, voire désuète, pour parler des problèmes les plus actuels. C’est fait très intelligemment, les informations données sont de grande qualité, et il y a même un certain humour. Vous allez passer un moment non seulement très intéressant, mais vraiment délicieux."


Le déclin du courage

Nicolas Baverez, créée le 07-01-2024

"Je voulais rendre hommage à Alexandre Soljenitsyne, et vous inviter à relire l’Archipel du goulag, paru il y a cinquante ans. C’est non seulement un roman exceptionnel, qui mêle fiction et témoignages, qui a donné la vérité sur le système concentrationnaire russe, et qui réussit à donner de l’espoir, puisqu’on voit que certains individus sont arrivés à résister), mais c’est aussi un tournant historique, puisque tout un pan de l’intelligentsia, restée dans l’ambiguïté face au totalitarisme soviétique, a basculé grâce au choc qu’a constitué ce livre. Et puis, il fait aussi parler d’un autre ouvrage moins connu, le Discours de Harvard, qui date de 1978, sur le déclin du courage, et la dénonciation du matérialisme en Occident. Cet ouvrage là aussi avait beaucoup choqué, car on attendait de Soljenitsyne une critique du soviétisme. Ses critiques sur l’Occident sont cependant tout aussi justes, et on le voit avec le Harvard d’aujourd’hui. Cette université qui a pour devise « véritas » a connu une dérive intellectuelle et morale tout à fait navrante. Trop d’argent, trop de politique, et l’oubli de tous les principes … C’est un avertissement qui mérite d’être entendu, y compris par l’université française. "


Hommage à Jérôme Garcin

Jean-Louis Bourlanges, créée le 07-01-2024

"Je dirai simplement mon hommage à Jérôme Garcin, qui quitte Le Masque et la plume. C’est un homme d’un très grand courage et d’un très grand talent. Il tenait ce rendez-vous du dimanche soir absolument obligatoire pour moi, généralement quand je rentrais de Normandie. Il a succédé à Pierre Bouteiller à la tête de cette émission, qui lui aussi était un homme remarquable. Je lui formule mes meilleurs vœux de retraite active, à la suite de son excellent travail."


Un jour aux Etats-Unis - Audition de Claudine Gay par Elise Stefanik

Philippe Meyer, créée le 07-01-2024

"J’ai reçu ce matin la lettre hebdomadaire de Guy Hervier « une semaine aux Etats-Unis », que j’ai déjà eu l’occasion de recommander. Un article m’a particulièrement intéressé, celui qui concerne l’audition des présidents d’université devant le Congrès américain, auditions beaucoup reprises par les chaînes de télévision françaises. Une députée de New York, Elise Stefanik, s’est montrée particulièrement pugnace dans ces débats face à ces présidents d’université, et notamment sur la question de l’antisémitisme. C’est du moins ainsi que l’ont présentée les télévisions françaises. Mais il se trouve que le débat a été plus profond sur l’interprétation de l’article de la Constitution américaine qui garantit la liberté d’expression (qui n’est pas envisagée de la même façon en France, il est toujours bon de le rappeler). Qui est Elise Stefanik, et quels sont ses rapports avec Harvard ? On ne nous l’a pas dit. Et Guy Hervier nous apprend que Mme Stefanik a été priée de quitter le conseil consultatif de Harvard, après ses positions en faveur de l’insurrection manquée du 6 janvier 2021 au Capitole, et sa contestation de la victoire électorale de Joe Biden. Faut-il en déduire qu’Elise Stefanik a voulu se « venger » de Harvard ? Pas forcément, en tous cas si l’ont veut faire de l’information, il faut donner ce genre de fait, et non se contenter de l’élément théâtral de l’interruption de la présidente de Harvard par Mme Stefanik. C’est une mauvaise nouvelle pour les journalistes : en 2024, il va falloir travailler …"


Jeunesse (le printemps)

Lucile Schmid, créée le 07-01-2024

"Je vous recommande d’aller voir ce film documentaire, présenté au dernier festival de Cannes. Il nous embarque dans des ateliers textiles de la ville de Zhili, à 150 kilomètres de Shanghai, et nous fait rencontrer cette jeunesse ouvrière, qui a 20 ans ou parfois moins. Ce sont des ateliers familiaux, à taille humaine, pas des grandes usines. Ce documentaire nous montre quelque chose d’extraordinairement vivant : des histoires d’amour, des histoires de sexe, des histoires de tout autre chose, des amitiés, des relations très difficiles avec des patrons qui ont le même âge que leurs ouvriers. C’est une vision absolument extraordinaire de l’exploitation humaine. Vous en sortez pourtant avec une impression de grande force quant à la société chinoise. Ces jeunes gens sont durement exploités, mais ils ont une force vitale absolument incroyable. Je préviens que le film dure 3h30, et que beaucoup de gens sont partis avant la fin dans la salle où je l’ai vu, sans doute peu habitués à des films sans rebondissement palpitant."