Les brèves

Revue Esprit n°469 - novembre 2020

Béatrice Giblin, créée le 29-11-2020

"Je voudrais vous recommander le dernier numéro de la revue Esprit, qui s’intitule Jeunesses antiracistes, que j’ai trouvé extrêmement intéressant. On considère toujours les banlieues comme des lieux d’explosion, avec des minorités racisées, noires et arabes. Ce numéro a donné la parole à beaucoup de jeunes, et on voit que c’est bien plus riche, intelligent et porteur d’espoir que ce que certains clichés bien ancrés voudraient n’ois faire croire. C’est tout à fait positif, et cela répond à la situation particulièrement difficile que vit cette jeunesse. Lisez ce numéro, il aide vraiment à penser plus intelligemment que les discours entendus partout."


L’histoire de la Neuvième symphonie de Beethoven en musique et en mots

Lionel Zinsou, créée le 29-11-2020

"Je voudrais saluer la réouverture des théâtres et des lieux de spectacle. Un cauchemar prendra fin le 15 décembre, qui aura des conséquences considérables sur tous nos établissements culturels. Pour les Parisiens, je signale que le Théâtre des Champs-Elysées rouvrira le 16 décembre sur un spectacle autour de Beethoven, conçu par Michel Dalberto, et pour lequel il reste des places disponibles. "


Revue Germinal

Matthias Fekl, créée le 29-11-2020

"J’avais regretté dans une précédente émission la disparition de la revue Le Débat, j’aimerais saluer aujourd’hui la naissance d’une nouvelle revue, intitulée Germinal, et animée par de grandes figures de notre vie intellectuelle, certaines très réputées et d’autres beaucoup plus jeunes. Elle a pour ambition d’apporter sa contribution à la refondation de la gauche. C’est un projet écologique, social, d’une réflexion très pointue sur la démocratie, les limites et les faiblesses de nos institutions, et sur le lien entre les exigences économiques, sociales, écologiques et démocratiques. C’est une excellente nouvelle pour le paysage intellectuel français."


Une terre promise

David Djaïz, créée le 29-11-2020

"Je lis en ce moment avec beaucoup d’intérêt les mémoires de Barack Obama. Au passage, le titre montre à quel point la classe politique américaine, même la plus sécularisée, est encore imprégnée de ce messianisme très fort concernant le destin des Etats-Unis. L’ouvrage est de toute évidence écrit par Obama lui-même, cela se sent. On y découvre un Barack Obama touchant, sincère (ce qui peut surprendre, car il nous avait habitués à des éléments de langage assez convenus), mais on y retrouve également des choses qu’on connaissait bien de lui : la grande culture, l’élégance morale ... J’apprends beaucoup sur son parcours. Les Européens l’ont découvert comme sénateur, c’est à dire déjà assez loin dans son ascension, ce qui a donné l’impression d’un homme politique auquel rien ne résiste. On s’aperçoit en lisant ce livre qu’il a en réalité eu un parcours politique assez sinueux, semé d’embûches, avec beaucoup de temps passé sur le terrain. Je partage l’avis d’Hubert Védrine à son propos : même si le bilan d’Obama n’a pas été aussi extraordinaire qu’on l’espérait, il reste un homme politique d’une stature hors normes, et d’une trempe dont nous manquons aujourd’hui."


De l’Histoire à l’histoire

Philippe Meyer, créée le 29-11-2020

"Les hommages à Daniel Cordier ont été nombreux ces derniers jours : au lieutenant de la France libre, au secrétaire de Jean Moulin, à l’auteur de Alias Caracalla. J’aimerais inciter tous ceux que Daniel Cordier a impressionnés à lire ce livre d’entretiens que Cordier a accordés à Paulin Ismard. Il y est beaucoup question de la Résistance, mais aussi du reste de sa vie, et notamment de la manière dont Daniel Cordier a travaillé et a pu faire son œuvre d’historien. On apprendra au passage que François Mitterrand ne l’y a pas beaucoup aidé ..."



Window swap

Marc-Olivier Padis, créée le 22-11-2020

"En ces temps de confinement, je vous recommande un site internet : Window Swap. Sur ce site, juste une image fixe et un seul bouton à cliquer, qui vous propose « d’ouvrir une nouvelle fenêtre quelque part dans le monde ». Que voit-on ? Une image fixe, prise par une webcam, de ce que voit un particulier par sa fenêtre. Des internautes partagent la vue qu’ils ont de chez eux. On passe ainsi de Bombay à une petite ville du Canada, de Moscou à Birmingham. La vue n’a souvent rien de remarquable, une arrière-cour, quelques arbres devant la rue, une pelouse un peu grise, avec des collines en arrière-plan, parfois un joli jardin anglais. C’est rafraichissant, c’est le dépaysement à portée de clic. Mais ce qui est fascinant, c’est le rapport étrange, que seul procure internet, entre l’intime et le public. Car nous sommes bien chez des particuliers, dont nous ne savons rien. Et nous voyons à l’extérieur, depuis leur intérieur. Le cadrage fait parfois apparaître l’encadrement de la fenêtre, une partie limitée de la pièce, avec sa décoration, quelques plantes, des objets quotidiens. Mais guère plus. Ce qu’on voit, c’est le paysage familier, observé jour après jour, de quelqu’un qu’on ne connaît pas mais qui partage avec nous un aspect très privé de sa vie et pourtant presque impersonnel dans sa banalité : ce qu’il voit depuis sa fenêtre."


Témoin à charge

Philippe Meyer, créée le 22-11-2020

"L’une des règles de cette émission est de ne pas dire du bien les uns des autres, mais quand d’autres parlent favorablement de l’un d’entre nous, pourquoi ne pas leur faire écho ? Nicolas Baverez a reçu le prix de l’essai de l’Académie Française pour son livre Le monde selon Tocqueville. Nicolas est avocat, une profession qui m’a tenté grâce à deux films. Le premier est Autopsie d’un meurtre, d’Otto Preminger, et le deuxième vient d’être superbement réédité, il s’agit de Témoin à charge (Witness for the prosecution) de Billy Wilder. Outre un suspense absolument formidable et des retournements de situation étonnants, ces deux films ont en commun qu’à chaque fois l’avocat se fait absolument flouer par son client. "


L’anomalie

Nicole Gnesotto, créée le 22-11-2020

"Par ces temps sinistres, j’aimerais vous vanter le roman le plus jubilatoire de la rentrée, dont j’espère vraiment qu’il aura le Goncourt. Il s’agit de L’anomalie, d’Hervé Le Tellier. Il y a deux romans dans ce roman. D’abord un roman d’aventures, policier, d’espionnage, de science-fiction, où tout se mélange dans un suspense tenu jusqu’à la dernière page. A côté de cela, il y a un livre beaucoup plus sérieux sur le sens de la vie, la fragilité des destins que nous choisissons. Nous aurions tous pu avoir une autre vie, il aurait suffi d’un infime détail, d’un minuscule virage pour que nous soyions autres. Je vous recommande ce livre et parie qu’il aura le Goncourt. "


Disparition de Daniel Cordier

Nicolas Baverez, créée le 22-11-2020

"Je voulais rendre hommage à Daniel Cordier, qui vient de s’éteindre à 100 ans. Il eut un destin extraordinaire, fait de quatre vies. La première fut placée sous le signe de l’extrême-droite, avec l’influence de son beau-père antisémite. Au moment de la débâcle, Cordier décide de rejoindre Londres, et de s’engager dans les services du BCRA. Il sera le secrétaire de Jean Moulin avec qui il organisera la résistance et créera le CNR. Il contribuera aussi après la guerre à réorganiser les services secrets mais démissionnera quand de Gaulle quitte le pouvoir en 1946. Sa troisième vie fut consacrée à l’art moderne puisqu’il fut un galeriste important. Sa quatrième vie, inattendue, est celle d’un historien. Cette occupation se décide sur un coup de sang, quand Henri Frenay accuse Moulin d’avoir été un agent communiste. Cordier, l’un des grands témoins de la période, va se muer en un historien dont la compétence et le sérieux forceront le respect des professionnels, en publiant sa série Jean Moulin : L’inconnu du Panthéon. Daniel Cordier était l’avant-dernier Compagnon de la Libération, il n’en reste plus qu’un : Hubert Germain, qu’il convient de saluer. "


Une prière pour l’école

Philippe Meyer, créée le 15-11-2020

"Dans cette période de confinement, on parcourt sa bibliothèque, et on y retrouve des livres qu’on a déjà lus, voire déjà recommandés. C’est le cas de celui-ci, signé de Frédéric Béghin. C’est l’histoire de quelqu’un qui pendant un an, parcourt la France à la rencontre des professeurs, des instituteurs, des responsables de cantine, des infirmiers, etc. Le livre est paru en 2018, et tout ce qu’on y lit enrichit extraordinairement nos réflexions d’aujourd’hui, après l’assassinat de Samuel Paty. Je recommande notamment de lire à la page 116 ce qui est arrivé à un professeur d’arts plastiques du collège François Villon de Mulhouse qui, le 8 janvier 2015, au lendemain de l’attaque contre Charlie Hebdo, avait décidé de consacrer son cours à la caricature. Il a été suspendu pour quatre mois. "


Jean-Jacques Rousseau

Jean-Louis Bourlanges, créée le 15-11-2020

"J’ai passé ma semaine sur Le Contrat social de Rousseau. Je suis assez critique sur certains concepts comme la volonté générale, mais je tenais à dire à quel point j’ai été émerveillé de retrouver ce penseur. Rousseau est très mal connu. Ce n’est pas un utopiste, il est très lucide. Ses conclusions sont peut-être contestables, mais son honnêteté intellectuelle est indéniable. On ne sait pas très bien quelles conclusions il faut tirer de la lecture de Rousseau, mais on sait qu’elle a profondément modifié notre façon de voir. C’est un peu comme la lecture de Pascal, c’est un auteur dont la profondeur est immense. Il n’est pas suffisamment lu. Lisez Jean-Jacques Rousseau !"