Les brèves

Signac les harmonies colorées

Nicole Gnesotto, créée le 27-06-2021

"Je vous recommande l’exposition sur Paul Signac au musée Jacquemart-André, jusqu’au 26 juillet. D’abord cet hôtel particulier est magnifique, le salon de thé à lui seul est extraordinaire. Ensuite, Paul Signac est un peintre peu connu, et cette exposition éclaire les liens entre les progrès scientifiques et l’art. Le peintre a un jour découvert les travaux d’un chimiste sur la diffraction de la lumière, et lui et Seurat ont vraiment mis en pratique cette idée que l’œil assemblait lui-même les couleurs quand elles étaient proches les unes des autres. Cela a donné le pointillisme de Seurat, puis l’école du fauvisme. Mais ce n’est pas qu’intéressant, c’est aussi magnifique. "


La nuit des aventuriers

Philippe Meyer, créée le 27-06-2021

"Par ailleurs, je voudrais recommander un livre de Nicolas Chaudun. J’avais déjà signalé à propos de son précédent livre combien cet auteur me paraissait écrire comme on monte à cheval. Il m’a d’ailleurs confirmé qu’il était cavalier, puisqu’il a par ailleurs été notre invité pour une émission sur Paris … Ce livre est consacré au coup d’état du 2 décembre du président Louis-Napoléon Bonaparte, au jour le jour, avec des descriptions absolument admirables et des portraits remarquables de toutes les canailles de l’entourage du futur Napoléon III, ainsi qu’une succession de petites informations distillées ici ou là, sur ce que faisait Victor Hugo, sur ce qu’a écrit Tocqueville, bref c’est un livre qu’on ne lâche pas."


Pousser les murs

Lionel Zinsou, créée le 27-06-2021

"Pour faciliter le travail des historiens sur l’importance de l‘œuvre de Muriel Pénicaud en matière de social dans le quinquennat d’Emmanuel Macron, elle a publié aux éditions de l‘Observatoire des fragments de mémoires, où elle explique tout ce qu’elle a fait. Objectivement, on lui doit des ordonnances sur le marché du travail, qui sont passées grâce à un art de la négociation sociale exceptionnel. Elle a fait en matière de chômage partiel des avancées considérables au moment de la pandémie, l’explosion de l‘apprentissage est tout de même ce qui frappe le plus les chefs d’entreprise. Elle a peut-être été desservie dans l’expression par un côté un peu nature et peu régulé, alors qu’elle a une expertise exceptionnelle. Du coup, elle fait très bien l’explication et l’éloge de son travail, je vous recommande vivement ses mémoires, qui sont aussi le début de sa statue."


Là où nous dansions

Béatrice Giblin, créée le 27-06-2021

"Je parlerai d’un livre d’une journaliste romancière, Judith Perrignon. Elle s’est beaucoup intéressée à Detroit, et est allée y faire plusieurs enquêtes. Elle a décidé de faire passer dans un roman cet attachement qu’elle a eu pour les habitants de cette ville, en particulier les Afro-américains. Detroit est une ville aujourd’hui en train de se reconstituer, mais qui a longtemps été en pleine déréliction. Cette capitale mondiale de l‘automobile est toujours très étonnante, avec les restes des sièges sociaux immenses de General Motors, et une architecture très impressionnante des années 1930, dans une ville qui semble dévastée. Elle situe le roman dans la première cité conçue pour les Afro-américains, si vétuste qu’on pense qu’il va falloir la détruire. C’est toute la vie de cet endroit et de ces gens qui nous est décrite. "


Billy Wilder et moi

Philippe Meyer, créée le 20-06-2021

"Je vous recommande un livre délicieux du romancier britannique Jonathan Coe. L’héroïne est une gréco-britannique de 20 ans qui, alors qu’elle est en voyage aux Etats-Unis, se retrouve à la table de Billy Wilder dans un restaurant. Commence alors une longue relation à la fois paternelle et de travail, puisqu’elle sera amenée à être l’interprète de Billy Wilder lors de son dernier tournage en Grèce, pour le film Fédora. Jonathan Coe a trouvé le moyen de déployer une infinie tendresse admirative pour Wilder par le biais de cette narratrice, qu’on ne peut que partager. On se réjouit qu’elle soit si bien exprimée. Un grand bol d’air."


Le nouvel âge progressiste de la mondialisation

Lionel Zinsou, créée le 20-06-2021

"Je vous recommande cette semaine une lecture assez brève : les 27 pages d’une note de Pascal Canfin publiée par Terra Nova. Elle a été très bien relayée dans la presse, et propose un concept intéressant contre la démondialisation proposée par les populismes, à savoir une mondialisation progressiste sur des valeurs européennes, très centrée sur la transition énergétique, et toutes les capacités d’innovation, de création d’emploi, de rebond de la richesse. C’est intéressant, car c’est une théorie assez nouvelle, il s’agit de repositiver la mondialisation, avec des contenus assez différents, dans le monde d’après. Pascal Canfin est je crois une ressource de la vie politique française. Il anime la commission pour l’environnement et la santé publique du Parlement européen. Il y a ici un travail de fond important, et une création conceptuelle qui devrait être importante pour la campagne présidentielle."


Ce grand dérangement l’immigration en face

Béatrice Giblin, créée le 20-06-2021

"Dans le débat d’aujourd’hui sur la sécurité, toujours lié à l’immigration grâce au savoir-faire du Rassemblement National, j’aimerais aussi renvoyer nos auditeurs à l’excellent petit ouvrage de Didier Leschi. L’auteur a été préfet de la Seine-Saint-Denis, il est aujourd’hui à la tête de l’organisation française pour l’immigration et l’intégration. C’est extrêmement clair, précis, et très éclairant. A lire et à discuter avec son entourage."


Nomadland

Richard Werly, créée le 20-06-2021

"J’ai eu un coup de cœur cinématographique pour ce film beaucoup commenté et récompensé. La réalisatrice Chloé Zhao raconte cette population américaine qui vit dans des camping-cars, dans une errance ponctuée de boulots journaliers. On récolte des betteraves un jour, on travaille chez Amazon un autre … L’arrière-plan est très triste mais elle en fait un film lumineux, comme le livre dont il s’inspire. Dans la lignée du Sur la route de Kerouac, avec Frances McDormand, oscarisée pour ce rôle. Un beau moment de cinéma."


Une guerre perdue la France au Sahel

Béatrice Giblin, créée le 20-06-2021

"Je vous recommande de nouveau ce livre dont j’avais déjà parlé ici, mais compte tenu du sujet que nous venons de traiter, sa lecture me paraît plus nécessaire que jamais. Il était sorti en décembre 2019, après en avoir publié un premier suite à l’intervention de 2013, qui interrogeait déjà fortement le bien-fondé de cette opération. D’autre part, l’auteur sera l’invité d’une de nos thématiques d’été consacrée au Nigéria."


Le monde en 2040 vu par la CIA

Nicolas Baverez, créée le 20-06-2021

"Il est de tradition qu’à chaque nouveau président, la CIA fasse un rapport sur la situation du monde et surtout sur les scénarios d’avenir. Il se trouve que ce rapport a été traduit, il est extrêmement sombre mais très intéressant, sur le monde post-Covid et ses incertitudes, les grandes dynamiques, les grandes divisions des sociétés, les fragilisations des États, la conflictualité du système international … Cela se termine par cinq scénarios : l’un est favorable et voit une renaissance des démocraties, d’autres sont très sombres , et le dernier est celui d’une grande catastrophe écologique qui force les États à prendre des mesures extrêmement autoritaires et des atteintes très fortes aux libertés. Pas très réconfortant mais passionnant."


Les Téméraires Quand la Bourgogne défiait l’Europe

Jean-Louis Bourlanges, créée le 13-06-2021

"Je vous recommande l’ouvrage du Belge néerlandophone Bart van Loo. C’est un livre sur les Téméraires. J’ai toujours été attentif à la maison de Bourgogne et à ce regard un peu différent, inspiré de Malesherbes, qui décelait l’origine du malheur de la France quand la chambre des comptes imposa une loi de fer à la monarchie, et que l’école de Bourgogne avait représenté un parti de la liberté. Cela, c’est l’abomination pour Éric Zemmour, c’est l’anti-France. Mais tout cela est beaucoup plus compliqué. La querelle entre François Ier et Charles Quint n’était en somme rien d’autre que la poursuite du crime de la rue Barbette, où un bourguignon (Jean Sans Peur) avait fait assassiner le duc d’Orléans. On voit bien que les Téméraires sont un autre regard sur la Bourgogne, sur la Belgique et les Pays-Bas, absolument essentiel au cœur de l‘Europe, et qu’il ne nous est pas du tout familier. C’est décrit avec verve et un talent certain. Une autre façon de voir la branche des Valois. "


La victoire en pleurant Alias Caracalla 1943-1946

Marc-Olivier Padis, créée le 13-06-2021

"J’ai lu cette semaine la suite des mémoires de Daniel Cordier, décédé en novembre dernier. Ce tome commence juste après l’arrestation de Jean Moulin, dont il était le secrétaire. C’est le récit de la Résistance par quelqu’un qui était au centre d’un réseau d’informations. Il y a des passages extraordinaires, notamment quand il doit retourner à Londres ; il passe par l’Espagne, séjourne quelques jours à Madrid et décide d’aller au Prado où Jean Moulin avait promis de l’emmener après la guerre. Il a un choc en découvrant la peinture, et c’est ce qui déterminera sa vocation d’après guerre, puisqu’il devint un des plus grands galeristes français, notamment dans l’art contemporain. Une très belle lecture."