Lorsque le dernier arbre

Brève proposée par Philippe Meyer dans l'émission La réaction est-elle en marche ? / Biden est-il un autre Trump ? / n°212 / 26 septembre 2021, que vous pouvez écouter ici. ou ci-dessous.

Lorsque le dernier arbre

Philippe Meyer

"Il y a plusieurs façons de dire d'un roman « c'est un gros roman ». Il y a la façon résignée et il y a la façon gourmande. C'est la seconde qui convient pour parler de Lorsque le dernier arbre, premier roman publié par Albin Michel du jeune canadien Michael Christie, livre habilement construit en allers-retours entre 2038, époque où le contact avec la nature sera réservé aux possesseurs de grandes fortunes et 1908, période où peuvent commencer des fortunes fondées notamment sur l'exploitation forestière. Christie mélange un sens impressionnant du suspense et de la construction dramatique avec une connaissance intime des arbres et des forêts qui en font des personnages d’un roman qui est aussi un roman politique de l'urgence environnementale. Ajoutons que je recevrai la traductrice de ce livre ; Sarah Gurcel, dans un prochain bada de la série « Si c’est pour la Culture, on a déjà donné »…"


Les autres brèves de l'émission :

Wheels

Marc-Olivier Padis

"Comme nous avons la chance de pouvoir retourner aux concerts, je vais parler de musique, et comme notre ami François Bujon de l’Estang n’est pas là, je me permettrai de parler de jazz à sa place. Je vous recommande un disque qui vient de sortir, de deux pianistes, Ray Lema et Laurent de Wilde. Le disque s’intitule « Wheels », qu’on pourrait traduire par « roues », mais aussi « rouages », parce que l’ajustement des deux pianos est une mécanique de très haute précision. Les inspirations sont africaines, les rythmes sont transformés à leur manière, « jazzifiés ». Le travail d’écoute et d’entente entre les deux pianistes est absolument magnifique. Un bonheur."


Une femme française

Richard Werly

"Ma brève sera méchante. Je m’étonne de la manie qu’ont les politiques français de faire des livres inutiles, le dernier en date étant celui d’Anne Hidalgo. J’ai acheté ce livre avec gourmandise, parce que je me disais qu’ « une femme française », arrivée en France à deux ans, devait être un récit intéressant, que j’allais apprendre quelque chose sur la France. Très franchement, cela ne mérite absolument pas d’être lu. C’est un programme politique pas très bien écrit, où ne figure rien d’original sur la personnalité d’Anne Hidalgo ni sur son itinéraire. Je lance donc un appel : mesdames et messieurs les candidats, si vous faites des livres en espérant que la presse en parle, je vous en supplie, rendez-les intéressants."


Les puissances mondialisées - Repenser la sécurité internationale

Nicole Gnesotto

"Je reviens à la géopolitique pour vous recommander le dernier ouvrage de Bertrand Badie. J’ai déjà recommandé d’autres livres de ce grand professeur de science politique ici, notamment parce que sa pensée est assez iconoclaste, par rapport aux thèses prégnantes en France et plus généralement en Occident. Il est par exemple très mal vu au Quai d’Orsay, puisque l’une de ses thèses est de dire que la géopolitique est terminée, que dans la mondialisation, se fonder sur les territoires, les souverainetés nationales et les rapports de force pour penser la sécurité internationale, c’est se tromper de sujet. Les grands défis sont mondiaux ne se traitent pas avec des moyens militaires. Sa pensée peut très bien être contestée, je suis personnellement en désaccord sur plusieurs points, mais je reconnais que chaque fois que j’ai lu un livre de Bertrand Badie, il m’a fait réfléchir."


Apocalypses

Nicolas Baverez

"Je vous recommande la lecture du livre de Niall Ferguson, un historien écossais. L’auteur retrace l’histoire de tous les grands chocs subis par l’humanité. Éruptions, tremblements de terre, épidémies, et guerres. Il montre qu’à chaque fois, la surprise et l’impréparation sont totales, le politique est incompétent, et qu’il n’existe pas de cycle permettant de prévoir ces événements. Les bouleversements sont donc à chaque fois considérables, sur les mentalités et sur le système géopolitique. On s’aperçoit ainsi qu’aucune leçon n’est tirée de l’Histoire, et même qu’à l’inverse, l’illusion technologique va de pair avec une explosion de l‘irrationalité. Force est de constater que cette période de sortie de pandémie ressemble à cela : au lieu de s’efforcer d’être prêts pour les prochains grands chocs, c’est l’irrationalité qui progresse."