L’Arménie et les Arméniens en 100 questions

Brève proposée par Nicole Gnesotto dans l'émission La responsabilité sociale et environnementale des entreprises après l’éviction du PDG de Danone / Élections chez les frugaux / n°185 (21 mars 2021), que vous pouvez écouter ici. ou ci-dessous.

L’Arménie et les Arméniens en 100 questions

Nicole Gnesotto

"Je vous conseille cet ouvrage de Michel Marian, véritable référence sur l’Arménie. La méthode « en 100 questions » est très agréable, car elle permet de piocher, ou d’alterner entre questions graves et légères, mais elle offre aussi une vision très synthétique. On y trouve aussi bien des sujets un peu anecdotiques (pourquoi les noms arméniens finissent-ils tous en « ian », quelle est la populatrité de Kim Kardashian en Arménie) que des sujets bien plus intéressants et sérieux, comme les relations avec l’Iran. C’est une somme, à la fois très documentée et très actuelle."


Les autres brèves de l'émission :

Joseph Kessel Reportages, romans

Philippe Meyer

"Me promenant dans ma bibliothèque, comme on fait beaucoup en ces temps de confinement, j’en ai sorti ce volume de Quarto chez Gallimard. Je l’ai ouvert par curiosité rétrospective, ne me souvenant plus très bien de ce que j’en avais pensé autrefois, et me disant que tout cela devait sans doute être bien dépassé. Ce n’est pas vrai. Ces reportages sont un genre littéraire, comprenant un peu d’invention, beaucoup d’observation, ainsi qu’un savoir-faire et un homme à l’intérieur duquel ce savoir-faire couve."


La pyramide inversée

Akram Belkaïd

"Je vais peut-être vous décevoir, car je sais que ce sujet n’est pas toujours très bien perçu, mais je lis en ce moment cet ouvrage d’un journaliste anglais, véritable star dans son pays, Jonathan Wilson, dont le livre vient d’être traduit par Hachette Sport. C’est un pavé sur l’évolution de la tactique dans le football. Comment on est passé du chaos de l’époque victorienne à la science d’aujourd’hui, bourrée de statistiques. Même ce sport souvent conspué est touché par le fléau des algorithmes. "


Le jour où la Chine va gagner

David Djaïz

"J’avais lu ce livre dans sa version anglaise il y a un an ou deux, et il vient d’être traduit. Le titre anglais était « Has China won ? ». Il est signé de Kishore Mahbubani, un diplomate singapourien. En français, c’est devenu « le jour où la Chine va gagner ». L’auteur est tout à fait pro-chinois, mais il défend une thèse intéressante : la Chine va véritablement remplacer les Etats-Unis dans l’hyper-puissance, et au fond, cette trajectoire de la Chine n’est que la reconnexion avec son histoire profonde ; son passage au second plan n’était qu’une parenthèse de 300 ans, qui est en train de se refermer. Un livre qui à n’en pas douter provoquera des débats."