La non-publication des mémoires de Woody Allen

Brève proposée par Jean-Louis Bourlanges dans l'émission Coronavirus, in abstentia / n°131, que vous pouvez écouter ici. ou ci-dessous.

La non-publication des mémoires de Woody Allen

Jean-Louis Bourlanges

"Je suis scandalisé par le sort réservé aux mémoires de Woody Allen par les éditions Hachette. Il s’agit purement et simplement d’une censure, au nom de l’indignation supposée d’un certain nombre de gens, et ce malgré les excuses absolument pas crédibles prétextant que les raisons de cette décision sont purement commerciales. Je crois que cela pose deux problèmes. D’abord : doit-il y avoir un rapport entre une œuvre publiée et la moralité de son auteur ? De François Villon au Caravage, il semble que non. Je rappelle qu’andré Gide disait qu’on ne faisait pas de littérature avec des bons sentiments. Ensuite : qui doit juger ? Woody Allen doit-il être jugé par des juges ou des justiciers ? Selon quelle procédure ? Est-il essentiel de commencer par lui interdire de parler ? On avait cela à un certain moment, cela s’appelait les décrets de Prairial, et ce n’était pas une bonne idée. "


Les autres brèves de l'émission :

Didier Bezace

Philippe Meyer

"On entrait de plain-pied dans son ambition. Il ne l’expliquait pas, il la donnait à voir et à entendre. Il l’illustrait par ses choix si ouverts, d’auteurs, de textes, d’interprètes, de mises en scène, par son besoin de partager ces choix avec le public le plus large, de concevoir sa programmation pour ce public et non pour flatter le conformisme de la critique. Il chantait volontiers, il avait même d’abord pensé que c’était sa vocation, aidé autant que trompé par sa voix au timbre de clarinette basse et se sentant chez lui dans l’univers de Brassens ou de Montero, de Pia Colombo ou de Patachou, de Lluis Llach ou de Pete Seeger. On entrait de plain-pied dans sa camaraderie. Aller voir les spectacles qu’il programmait au Théâtre de la Commune d’Auberviliers, en parler avec lui, le suivre dans cette cafétéria où il était disponible à tout le monde, c’était revigorer les enthousiasmes, les rêves et les idéaux que nous avaient insufflés, dont nous avaient persuadés, qu’avaient incarné pour nous Jean Vilar et la troupe du TNP. Ceux qui lui doivent d’avoir fait vivre cette idée du théâtre malgré la pétrification des milieux culturels et le carriérisme qui y règne sont dans un profond chagrin."


Revue « Zadig » (numéro 5)

Michaela Wiegel

"Je recommande le dernier numéro de Zadig sur « Ces maires qui changent la France » et plus particulièrement la « fiche de lecture » de l’historienne Mona Ozouf sur « La crise allemande de la pensée francaise ». 150 ans après la guerre franco-allemande (« une guerre presque oubliée », dit Ozouf) elle a relu le livre de Claude Digeon sur la blessure intellectuelle que constituait la victoire éclair de la Prusse. « Il s’agit de l’effondrement brutal des deux images, celle de l’Allemagne, celle de la France », observe Ozouf. Sommes-nous à nouveau à un tel changement de perception entre nos deux pays ?"


La longue nuit syrienne

Nicole Gnesotto

"Cet essai de Michel Duclos est capital aujourd’hui pour comprendre et relever le défi syrien, même si sa portée va bien au-delà. Michel Duclos fut ambassadeur en Syrie en 2006 et il conseille aujourd’hui l’Institut Montaigne. Plusieurs strates font la richesse de cet ouvrage : on y trouve bien sûr une analyse des facteurs qui ont conduit à la guerre civile, puis à une guerre internationale sur le sol syrien, dans laquelle la Russie, la Turquie et l’Iran jouent un rôle majeur. On y trouve aussi une réflexion lucide sur les impasses respectives des solutions militaires (en Irak en 2003) et diplomatiques (en Syrie en 2013) qui attendent les occidentaux face aux crises extérieures. Enfin, Michel Duclos entame une réflexion magistrale sur le nouvel ordre, ou chaos mondial, qui consacre la montée en puissance des nouveaux régimes autoritaires, sur fond d’abandon occidental, et notamment américain."


La Turquie, l’invention d’une diplomatie émergente

Lionel Zinsou

"A plusieurs reprises nous avons évoqué les politiques turques vis à vis de l’Europe, de l’OTAN, de la Russie, ou des mondes arabe ou persan. Or la Turquie reste mal connue en France. On n’enseigne presque plus la Question d’Orient. Ce livre remarquable et savant de Jana Jabbour, chercheuse à Sciences Po, paru en 2017 aux éditions du CNRS, permet de mieux s’orienter dans les errances apparentes de M. Erdogan. Au-delà du seul Néo-Ottomanisme et des nostalgies impériales, on y comprend beaucoup mieux en quoi la Turquie cherche à se créer un rang contemporain de grande puissance que ses succès économiques modernes expliquent mieux que l’héritage historique. "