Der Klang von Paris

Brève proposée par Michaela Wiegel dans l'émission Combien y a-t-il eu de Jacques Chirac ? ; Italie : la nouvelle donne / n°107, que vous pouvez écouter ici. ou ci-dessous.

Der Klang von Paris

Michaela Wiegel

"Un très beau livre qui n’est pour le moment paru qu’en langue allemande, mais qui mériterait vraiment une version française, dont je traduirais le titre par : « le son de Paris ». C’est un livre sur Paris, capitale musicale du monde au XIXème siècle. Il raconte l’histoire de la ville à travers ses compositeurs : Berlioz, Rossini, Meyerbeer, Wagner, Chopin, Offenbach ou Pauline Viardot. C’est en même temps une histoire européenne de la musique, et on ne se souvient pas assez de cette magnifique tradition française."


Les autres brèves de l'émission :

Georges Bernanos : histoire d’un homme libre

Philippe Meyer

"Lundi 30 septembre à 22h35, France 3 Hauts-de-France diffusera un documentaire sur Georges Bernanos, réalisé par son petit-fils Yves Bernanos et son petit-neveu Jean-Pascal Hattu. On peut se demander si un tel sujet ne méritait pas une diffusion nationale, à moins de considérer Georges Bernanos comme un écrivain régional ou régionaliste. Ce documentaire montre la région natale de Georges Bernanos, l’Artois, d’une manière très impressionnante, qui donne envie de sauter dans la première voiture pour aller voir ce pays magnifique. Mais surtout, tout Bernanos est dans ce documentaire, sans aucune espèce de complaisance ni de cachotterie. Le film parvient à être à la fois profondément affectueux et d’une probité remarquable."



Intervention d’Emmanuel Fabère à l’ONU

Lionel Zinsou

"On a pensé que dernier sommet sur le climat n’avait pas apporté grand chose, il y a pourtant eu un moment très fort où est monté à la tribune un chef d’entreprise français, Emmanuel Faber, patron de Danone, qui a parlé au nom d’une nouvelle initiative des grandes multinationales, qui ont pris une série d’engagements qui à eux seuls compenseraient le retrait de l’état fédéral américain du traité de Paris s’ils sont tenus. C’est la première fois qu’on voyait à la tribune de marbre vert des Nations-Unies un homme d’affaires français s’adresser au monde pour déclarer : « nous syndiquons l’effort des grandes multinationales pour pallier les défaillances des états. » On s’aperçoit ainsi du pouvoir qu’ont ces entreprises sur le climat et la transition énergétique, plus significatif que celui de plusieurs grandes puissances. (L’intervention d’Emmanuel Fabère est à 2h50 environ) "


Roubaix : une lumière

Béatrice Giblin

"Le film d’Arnaud Desplechin, tiré d’un documentaire diffusé sur France 3 Hauts-de-France en 2008. Le film est non seulement servi par les interprétations remarquables des acteurs, mais la fiction de Desplechin va plus loin que le documentaire pour traiter l’histoire dont il est question. Il peut y avoir une forme d’identification du spectateur avec les personnages, ce qui produit une empathie avec ces deux femmes qui sont à la fois victimes et bourreaux. Courez-y !"


Commentaire n°167

Jean-Louis Bourlanges

"Je vais recommander quelques articles de la revue Commentaire. Le numéro d’automne 2019 est très intéressant, mais je voudrais insister sur deux articles. L’un de ma collègue au Parlement Olivia Grégoire, qui analyse l’articulation entre le mouvement des Gilets Jaunes et la gestion politique du premier semestre 2019. Et deuxièmement puisque, à travers le deuil de Jacques Chirac, nous sommes en pleine analyse de l’ancien monde, il faut lire l’excellent article de Jérôme Jaffré que Philippe avait déjà recommandé : « Rocard et Mitterrand : l’échec de l’ouverture ». C’est une analyse extrêmement documentée, précise, subtile d’un moment très rare dans l’histoire récente de la gauche française : celui d’une certaine complicité dialectique entre Rocard et Mitterrand, qui sont les deux personnalités les plus opposées qu’on puisse imaginer."