APRÈS MACRON, PHILIPPE ; LE JAPON DANS UNE NOUVELLE ÈRE #86

APRÈS MACRON, PHILIPPE

Introduction

Alors, que le président de la République a livré jeudi 25 avril, ses conclusions du Grand débat national lors de la première conférence de presse de son quinquennat, se pose désormais la question de la « faisabilité » des propositions annoncées et d’une réconciliation effective avec les français. Comme l’écrit Le Figaro : « Il revient désormais au Premier ministre de traduire ses intentions en actes. D’autant plus que, sur un certain nombre d’annonces - baisse de l’impôt sur le revenu, suppression des niches fiscales, (celles des entreprises), suppression des « organismes inutiles », « nouvel acte de décentralisation » -, les modalités comme le calendrier de la mise en œuvre restent à définir. » S’y ajoute le financement des baisses d’impôt annoncées Le Premier ministre a annoncé, pour juin, le vote de la loi sur l’assurance chômage, pour juillet la loi bio-éthique avec la question de la P.M.A ainsi que la proposition de réforme constitutionnelle. Au début de l’automne, la suppression de l’ENA sera examinée, ainsi que les dispositions pour lutter contre la fraude fiscale. La réforme des retraites sera proposée à la fin de l’été, après que le rapport Delevoye sur cette question aura été remis en juillet. Édouard Philippe a lancé « la mobilisation nationale et territoriale pour l’emploi qui doit « réunir l’ensemble des acteurs concernés, partenaires sociaux, organisations syndicales, organisations patronales, les associations d’élus, les associations qui accompagnent la transition énergétique pour réfléchir collectivement au niveau national, puis localement au niveau territorial à la façon dont nous pouvons collectivement nous mobiliser pour atteindre les objectifs ambitieux en matière de retour au plein emploi et en matière d’accompagnement des transitions écologiques » En mai se tiendra le premier « conseil de défense de la transition écologique » et en juin la première convention citoyenne sur le climat avec des citoyens tirés au sort.

Kontildondit ?

Nicolas Baverez (NB) :
Nous avons vécu une crise pendant laquelle le pouvoir était décrit comme trop autoritaire, vertical et centralisé, et tout le monde attendait qu’on en sorte avec une grand messe présidentielle et un homme providentiel qui, assis à un bureau au-dessus des journalistes, a parlé plus d’une heure avant de répondre à leurs questions. Cette mise en scène paradoxale illustre bien les problèmes auxquels fait face le président de la République.
Il s’en trouve trois principaux. Celui de l’ordre public, puisque tous les samedis des grandes villes sont mises à sac par les Gilets Jaunes. L’acte deux d’un quinquennat et la poursuite des réformes ensuite. Enfin, la réconciliation avec les Français, pour essayer de mettre fin à un mouvement de colère visant personnellement le président.
Sur l’ordre public, la difficulté reste entière, la violence est toujours présente en manifestation. La sortie de crise était-elle dans cette conférence de presse ? On a eu la poursuite du « en même temps »,avec des dépenses publiques pour tenter d’acheter la paix sociale : baisses d’impôts, revalorisation des retraites. Une pincée de démagogie avec la suppression de l’ENA, et des réponses sur la démocratie et la nation avec de la décentralisation, un référendum ramené au plan local et enfin une attention portée à l’éducation et à la laïcité pour tenter de reconstituer la nation.
Que peut-on en dire ? Sur le fond, les problèmes sont toujours là, car depuis les mesures de décembre, ce sont environ 20 milliards d’euros de dépenses nouvelles qui ont été faites, soit environ 1% du PIB, sans que personne ne sache comment cela va être financé. Cette poursuite du « en même temps » empêche d’établir une stratégie claire, et Emmanuel Macron vient semble-t-il de découvrir le fonctionnement de base de la 5ème République : le président se protège, en exposant le premier ministre.
Il a transmis un programme de réformes assez général, il incombe désormais au premier ministre de le mettre en œuvre. L’acte II du quinquennat est l’acte I d’Edouard Philippe, et il sera très risqué puisqu’il fait déjà figure de bouc émissaire en cas d’échec.
Le problème fondamental d’Emmanuel Macron est celui de la légitimité politique. Il est vrai qu’il a changé de ton et fait un mea culpa, mais paradoxalement l’hyper-présidentialisation qui est en partie à l’origine de la crise sort renforcée de ce grand débat et de cette conférence de presse. Ce pouvoir est à la fois vertical et seul, en France et en Europe. Quant au calendrier, il ignore les élections européennes et municipales. Plutôt étrange pour un pouvoir qui tente de sortir d’une crise démocratique majeure.

Lucile Schmid (LS) ressent l’intervention d’Emmanuel Macron et ses suites comme un problème de passage à l’acte. Le président multiplie les (longs) discours, au point que le grand débat n’avait par moments de « débat » que le nom. Cette question du débat reste donc entière à l’issue du grand débat, ce dernier s’est déplacé sur un site internet, où se sont faites les contributions. Un problème de virtualité et de réalité à propos de ce débat est donc toujours posé. Il peut se transposer à la relation entre le président et le premier ministre : Emmanuel Macron a mis Edouard Philippe en responsabilité sans pour autant lui donner les clefs de cette responsabilité.
Le premier ministre avait jusque là été préservé : il a presque passé deux ans à Matignon, ce qui est significatif, car les premiers ministres « s’usent » rapidement dans le 5ème République. Mais il est désormais seul pour concrétiser les annonces d’Emmanuel Macron, saura-t-il activer une forme de leadership collectif ? Car pour le moment les ministres semblent plus jouer le rôle de ministres qu’être en réelles responsabilités. A ce propos, la relative contre-performance de Nathalie Loiseau à la tête de la liste LREM aux élections européennes signale qu’on peut être une bonne européenne et une bonne ministre, mais se retrouver en position de mauvaise candidate dès lors qu’on est placée dans une position politique. Jusqu’à présent, Edouard Philippe a fait à peu près un sans faute. En sera-t-il de même à présent qu’il est contraint d’agir ?
Dans le discours d’Emmanuel Macron, il y avait deux manques : l’écologie, où il n’a annoncé que deux formes de procédures et aucun contenu, et la question de la migration, qu’il a relégué à l’espace Schengen, alors même que c’est un problème qui préoccupe beaucoup les Français. Le fait que le Rassemblement National puisse faire la course dans le peloton de tête aux européennes signale cette obsession migratoire.
Enfin, concernant la fiscalité, le président s’est montré imprudent en déclarant que les impôts allaient baisser (selon les sondages consécutifs à la conférence de presse, ç’a d’ailleurs été l’annonce la plus populaire), mais le problème de l’injustice fiscale ne cesse de progresser, de même que progresse le mécontentement face au manque de services publics. Comment va-t-on financer davantage de service public dans les territoires désertés si on baisse les impôts ? Un discours pédagogique sur l’impôt, l’utilisation de l’argent public et sur l’utilité des fonctionnaires est nécessaire. « Qui paiera et qui ne paiera plus » est un sujet essentiel, et en cette période d’évasion fiscale maximale, il va être très difficile de justifier pourquoi certains paieront tandis que d’autres pas. Les Gilets Jaunes ont demandé une baisse de la TVA et non une baisse de l’impôt sur le revenu, c’est pourtant sur ce dernier que le président s’est concentré. La confusion fiscale est à son comble.

Richard Werly (RW) :
Emmanuel Macron est dans la situation de patron de restaurant qui a changé un menu pour un autre plus alléchant, mais qui ne sait pas si son chef de cuisine sera capable de le cuisiner, car il y a un doute sur les ingrédients disponibles.
Edouard Philippe doit se réinventer lui-même aujourd’hui. Si E. Macron l’a choisi, c’est tout de même pour mener une politique de droite libérale, c’est de là que vient Edouard Philippe, il incarne cette droite Juppéiste et orléaniste, attachée à la concurrence, à la liberté d’entreprendre. De ce point de vue, l’infléchissement social que le président veut donner ne lui correspond pas vraiment. L’équation humaine ne change pas, puisqu’au moment où cette émission est enregistrée, la composition du gouvernement est identique. Selon RW, cela semble nier une réalité de base de la politique : qui dit nouvelle offre dit normalement nouvelle équipe.
D’autre part, Edouard Philippe va devoir obtenir la contrepartie des mesures annoncées par le président. Il y avait deux temps dans le discours d’E. Macron : le temps des mesures, détaillé plus haut, mais aussi le temps où il a déclaré attendre des Français plus de responsabilités et plus de travail. Pour le président de la République ce deuxième moment ne peut marcher que si les Français sont convaincus que la situation est désormais plus juste, et qu’en travaillant plus, en faisant davantage d’heures supplémentaires ou en partant à la retraite plus tard, de la richesse sera créée. C’est là que se pose la plus grande question à propos de cette conférence de presse : les Français ont-ils été motivés par ce discours et ces annonces ? RW n’en a pas l’impression. Seront-ils motivés par la mise en musique du premier ministre ? Il est permis d’en douter. Il manque ce facteur psychologique qui pourrait permettre d’infléchir le quinquennat. En réalité, on est toujours dans un moment de promesse, or au bout de deux ans de quinquennat, il faudrait donner aux Français des motivations concrètes pour cesser de manifester et adopter ce modèle plus responsable souhaité par le président.

Nicolas Baverez est frappé du fait qu’après cette conférence de presse, Emmanuel Macron est toujours renvoyé à la question de sa stratégie, puisque la crise des Gilets Jaunes résulte des erreurs d’un pouvoir trop isolé et vertical, même si elle est aussi la continuation de quatre décennies de crises précédentes, et surtout du chômage (dont il a été très peu question), qui est selon NB l’une des causes majeures du déchirement de notre tissu social.
Le « en même temps » fait un très bon slogan électoral, mais une piètre stratégie pour réformer un pays. Les grands angles morts du quinquennat sont la dépense publique, qui non seulement ne se réduit pas mais vient de s’aggraver, et le vide politique, qui demeure lui aussi. Le président ne s’est pas donné la peine d’organiser sa majorité parlementaire, a méprisé les élus, n’a pas fait de pédagogie envers les citoyens, et on ne voit pas comment ce problème va s’améliorer, avec un palais de l’Elysée dont sont partis beaucoup de talents, et un gouvernement où il ne reste qu’un ministre qui soit un politique de poids (Jean-Yves Le Drian).
Comme cela a été dit plus haut, le problème est celui du passage à l’acte, dont on ne sait comment il adviendra sans vrais gouvernement, sans parti présidentiel, sans une majorité vraiment légitime et sans relai dans l’opinion.

Philippe Meyer (PM) se demande s’il n’y a pas une absurdité inhérente à la nature même du grand débat. Le mouvement des Gilets Jaunes est parti de la question des retraites, de la TVA, des taxes sur les carburants et plus marginalement de la limitation de vitesse à 80 km/h. Il n’était pas question du chômage, à peine de l’écologie, et les premières revendications ont reçu des réponses (sur les cours du pétrole, etc.). On ne sait plus dorénavant qui est censé répondre à quelle question, ni même la raison pour laquelle les gens qui défilent encore sont dans la rue. Les micro-trottoirs qui ont suivi la conférence de presse du président montrent une quasi-unanimité : « on n’a rien obtenu ». Il semble donc que deux mouvements évoluent sur des trajectoires parallèles et ne se rencontreront jamais.

Pour Nicolas Baverez, il y a trois trains qui avancent en même temps : les Gilets Jaunes, le grand débat (dont les participants n’étaient clairement pas les Gilets Jaunes), et le quinquennat. Ces trois trains avancent sur des lignes clairement séparées.

Lucile Schmid :
Il est intéressant de voir comment on articule (ou pas) réalité et virtualité. Chacun vit à présent dans son monde, et chaque monde est disjoint. Les Gilets Jaunes vivent dans le leur, où il n’y a pas de Macron, le président de son côté aborde très peu la question des Gilets Jaunes ; mais la réalité va se rappeler à nous très bientôt avec les élections européennes, avec un vote qui dira si Macron réussit à être en tête. On se souvient que lors de la présidentielle, il a fini premier parce qu’une majorité de l’électorat ne voulait pas de Marine Le Pen, en sera-t-il de même lors du prochain scrutin ? C’est un point essentiel.
Le deuxième point où cette dualité entre réalité et virtualité apparaît clairement est la décentralisation. E. Macron a réussi à obtenir une majorité parlementaire d’une façon qui n’a pas de précédent. Il ne dispose pas en revanche de majorité dans les territoires. Edouard Philippe, ancien maire du Havre, connaît davantage les élus locaux, et peut peut-être se révéler un interlocuteur plus crédible sur la décentralisation. Les municipales début 2020 seront un autre retour au réel. Comment les annonces du président se confronteront-elles à la réalité d’un calendrier ?
Sur la capacité d’E. Macron à trouver des relais, le problème reste entier. Il est arrivé au pouvoir dans un moment de déstructuration de la démocratie française, et jusqu’à présent il n’a pas réussi à restructurer celle-ci. Il n’a pas d’allié non plus en Europe. On nous avait expliqué que la social-démocratie européenne était morte, or on la voit resurgir : les socialistes ont remporté les élections législatives en Espagne et des députés travaillistes seront sans doute envoyés au parlement européen. E. Macron avait fait un pari : être en position de pivot au parlement européen. N’est-il pas en train de le perdre ?

Richard Werly :
Sur un certain nombre de mesures, dont la décentralisation et le référendum d’initiative partagée, E. Macron a fixé une échéance en septembre. Il peut se passer beaucoup de choses d’ici au mois de septembre, et si LS a raison d’évoquer la possibilité d’une défaire macronienne aux européennes (si c’est le cas, ce sera vraisemblablement au profit du Rassemblement National), mais celle-ci provoquera tout aussi vraisemblablement un sursaut. Il y a sans doute ce calcul chez Emmanuel Macron. Pour reprendre la métaphore des trains de NB, tout se passe comme si ceux-ci étaient dans une gare de triage à l’ancienne, avec une rotonde leur permettant d’être rangés les uns derrière les autres après réparation. Le président voit sans doute l’avenir de cette façon : si sa tactique réussit, les trois trains n’en formeront peut-être qu’un seul, qu’il continuera à conduire.
Pour RW, la grande inconnue est la croissance économique, qui pourrait bien donner à E. Macron un peu de marge de manœuvre si elle est meilleure que prévu. Le deuxième élément important est psychologique : si le pays se calme durant l’été, la donne sera sans doute différente en septembre. Pour RW, la partie n’est pas encore complètement jouée.

Pour Philippe Meyer, qu’il s’agisse du président ou du premier ministre, il faut faire face à quelque chose d’inédit dans la gouvernance : l’opposition ne s’oppose pas (en ce sens qu’elle ne propose pas de programme ou de mode de rassemblement) et ne semble avoir qu’un objectif : maintenir et attiser l’énervement général du pays.

LE JAPON DANS UNE NOUVELLE ÈRE

Introduction

Le 30 avril, l’empereur japonais Akihito âgé de 85 ans, a abdiqué alors qu’il était installé sur le trône du chrysanthème depuis 30 ans. La cérémonie d’abdication aura lieu le 22 octobre, en présence de dignitaires du monde entier. C’est le Premier ministre, Édouard Philippe, qui représentera la France. Avec l’intronisation du prince héritier Naruhito, le Japon entre dans la nouvelle ère, Reiwa (“belle harmonie”). Au cours de l’ère précédente -appelée Heisei - le couple impérial est devenu plus proche des citoyens. Les images de l’impératrice agenouillée à côté des sinistrés de la catastrophe nucléaire de Fukushima de 2011 ont marqué les esprits tant cette image était jugée impensable auparavant. Malgré cette image plus positive dont bénéficie aujourd’hui Akihito, il n’en demeure pas moins que le pays est en état d’essoufflement. Akihito a, en effet, pris ses fonctions en 1989, alors que la croissance économique du Japon était à son sommet. L’indice Nikkei à la Bourse de Tokyo atteignait son plus haut score en décembre de cette même année. Les économistes prédisaient alors que le Japon dépasserait les États-Unis avant la fin du siècle, pronostic que sont venues invalider l’éclatement des bulles financières et foncières au début des années 1990, la crise asiatique de 1997, la crise mondiale de 2008, puis la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011. Aujourd’hui, le Japon continue de faire face à plusieurs problèmes sous-jacents : un taux de chômage élevé, un allongement du temps de travail, une explosion du nombre de travailleurs irréguliers, un fort déclin démographique et un manque d’ouverture à l’international. Le pays est confronté à des menaces sécuritaires croissantes et apparaît stratégiquement isolé face à une Chine de plus en
plus agressive qui semble disposer de moyens illimités à consacrer à l'expansion de son Armée populaire de libération (APL). Par ailleurs, les sommets entre Donald Trump et Kim Jong-un ont marginalisé le Japon, jusqu'à le faire douter de la solidité de son alliance avec les États-Unis. Face à cette montée des menaces régionales, le budget de la défense nippon atteindra en 2019 le chiffre record de 47 milliards de dollars.

Kontildondit ?

Richard Werly est en désaccord sur un certain nombre de points de l’introduction de PM. Si le Japon est un pays structurellement fatigué (le déclin démographique l’atteste), qui est devenu anachronique dans un monde de mondialisation libérale débridée car il est encore assez fermé, avec des cartels très puissants qui le dominent, il dispose encore d’atouts certains. Un ami banquier de RW a formulé ceci de la façon suivante : « si le Japon était une entreprise, moi je l’achète ».
Ce terme de l’harmonie, à propos de l’ère Reiwaqui va commencer, est très important. Tout le défi du Japon actuel est de conserver sa cohésion. Le taux de chômage n’est pas si élevé que cela, les Japonais ont eu la sagesse, pour un certain nombre de services, de conserver des employés au lieu de tout automatiser, et de ce point de vue, le pays offre peut-être une alternative au modèle libéral. Certes il n’est plus aussi séduisant qu’il a pu le paraître dans les années 90, où rien ne semblait pouvoir lui résister.
Le Japon est indéniablement dans une situation difficile, mais parler de marginalisation paraît excessif pour RW. Le premier ministre Shinzō Abe est certes un nationaliste et son agenda est très discutable, mais le Japon n’en reste pas moins un allié incontournable pour les USA face à la Chine. Il y a aussi des tensions entre le Japon et la Corée du Sud, largement héritées de la période coloniale, qui se retrouvent dans la concurrence de leurs groupes industriels. Mais ces deux pays voisins n’ont-ils pas une communauté de destin face au mastodonte chinois ? Si le nouvel empereur, dont le rôle est symbolique, parvient à assurer cette cohésion moderne, il peut redonner un cap à un pays qui reste différent, et a toujours su se ressaisir chaque fois qu’il a été menacé.

Nicolas Baverez :
Le Japon a ceci de commun avec la France : c’est un pays appelé à se réinventer. Le début de cette nouvelle ère est marqué par un évènements assez spectaculaire : l’empereur Akihito a quasiment fait un coup d’état contre son premier ministre, afin d’être en mesure d’abdiquer. Cela va dans le sens des grands changements qu’il a apportés, en rompant avec la déification de l’empereur, et en se rapprochant (toutes proportions gardées) des citoyens les plus fragiles.
Dans Reiwa, il y a l’idée d’harmonie et de paix, il y a aussi celle d’ordre. De ce point de vue, le Japon, même après la catastrophe de Fukushima, paraît un havre de stabilité dans le monde d’aujourd’hui. Le modèle est pourtant bel et bien dans une situation critique démographiquement parlant. Il y a en ce moment 126 millions de Japonais, ils ne seront que 90 millions en 2060 et 60 millions en 2100. Le vieillissement est impressionnant, et il y a aujourd’hui une pénurie de manœuvre : on compte 164 offres d’emploi pour 100 demandes. Les entreprises sont organisées en cartels, et l’économie japonaise, très tournée vers l’international, reste plutôt fermée. La dette publique est de 250% du PIB, et sur le plan géopolitique, le pays est pris en tenaille : la garantie de sécurité qu’offraient les Etats-Unis est conditionnée au commerce depuis Donald Trump, et la zone Asie-Pacifique est en train de devenir la plus dangereuse du monde, avec l’expansion chinoise, le conflit à propos des îles Senkaku (entre le Japon, la Chine et Taïwan), la contestation avec la Russie à propos des îles Kouriles, et bien sûr la Corée du Nord et ses missiles. La situation est indéniablement difficile, et le Japon fait office de laboratoire sur les risques qui attendent les pays développés : vieillissement accéléré, croissance faible, déflation, inégalités et perte de confiance dans les institutions.
S’il est vrai que le Japon dispose d’atouts pour relever ces défis, il y a tout de même une grande contradiction : même s’il n’a pas fait le choix du système libéral à l’occidentale, il n’en doit pas moins se réformer, et la voie nationaliste (qui confine au militarisme) que propose Shinzō Abe n’est pas la bonne. Entre les ambitions hégémoniques de la Chine et l’embardée protectionniste des USA, ce n’est pas du côté du nationalisme que se trouve la solution. Le Japon est critique dans la résistance aux populismes et aux démocratures. L’Asie est la région où la poussée chinoise s’exerce le plus fortement, et où la résistance de la démocratie va largement se jouer au XXIème siècle. Une alliance entre démocraties est envisageable : elle pourrait comprendre l’Inde et aussi le Japon, mais aussi la Corée du Sud si les relations s’améliorent. Le rôle du Japon dans le maintien d’un cadre démocratique en Asie est donc crucial.

Lucile Schmid commence par exprimer son admiration face à la trajectoire de cet empereur Akihito, qui a succédé à son père Hirohito, dont le rôle dans l’aggressivité du Japon pendant la seconde guerre mondiale était primordial. Akihito a largement mis en scène le rapprochement entre la figure divine de l’empereur (qui en tant que tel descend de la déesse du soleil Amaterasu), et la société nippone. On sait que son fils Naruhito va poursuivre dans cette voie pacifique, et dans la reconnaissance de la responsabilité historique du Japon. On sait aussi que les mauvaises relations du Japon avec ses voisins tiennent aussi à une sorte de négationnisme, larvé mais réel, portée par Shinzō Abe et les conservateurs Japonais.
La société japonaise a la capacité de se réinventer, il y a d’ailleurs aujourd’hui une réflexion en cours à ce sujet, sur cette paralysie que représente M. Abe. Le premier ministre a été réélu en 2012 en jouant sur les peurs japonaises : la catastrophe de Fukushima, le fait d’être dépassé économiquement par la Chine. Ce premier ministre est caractérisé par sa longévité, mais aussi par des bourdes de plus en plus évidentes : c’est par exemple lui qui a proposé Donald Trump comme récipiendaire du prix Nobel de la paix.
La réinvention de la société japonaise consistera à la fois à retrouver de la liberté politique, de la décentralisation (30% de la société japonaise est concentrée autour de Tokyo), et une créativité et une innovation sociale, aujourd’hui complètement corsetées. L’idée qu’il faut en terminer avec l’emploi à vie progresse dans le débat public japonais, où on commence à se rebeller contre ces entreprises toutes-puissantes dans lesquelles la vie privée est impossible. Enfin, il faut faire faire progresser l’égalité hommes/femmes, quasi inexistante au Japon : 10% de femmes au parlement japonais, mise à l’écart des femmes dans le monde du travail et écarts de salaire importants.
Tous ces débats progressent au Japon, et ce n’est pas parce que tous les indicateurs économiques y sont plutôt mauvais que ce n’est pas un moment charnière dans lequel l’archipel nippon pourra trouver une dynamique nouvelle.

Richard Werly :
Le Japon a une force qu’il gardera quoi qu’il arrive, c’est le peuple Japonais. C’est une force qui a conduit dans le passé à des excès abominables, il ne faut pas l’oublier, mais ce peuple fait preuve d’une résilience extraordinaire. Les Japonais se révèlent dans les épreuves, et le Japon est en train d’en traverser une longue. Il doit s’adapter et se transformer mais il en est capable.
Le pays va devoir se réinventer une société plus moderne, et en cela, le rôle du nouvel empereur sera déterminant. Sur la place des femmes par exemple, le pays a déjà fait des progrès considérables. Par rapport à nos standards occidentaux, ces derniers peuvent sembler minimes, mais depuis 15 ans les femmes Japonaises se sont mises à occuper des postes de plus en plus importants. Sur l’immigration (chinoise notamment), on observe là aussi des changements. La société japonaise n’était absolument pas habituée à une mixité avec des immigrés et a peu à peu appris à les intégrer. Le Japon est un pays de maturation lente, mais capable d’aborder de nouveaux caps de manière soudaine, il l’a montré par le passé.
Enfin, si le Japon est effectivement surendetté, ce sont les Japonais qui possèdent leur dette, ce qui est une différence cruciale avec d’autres pays développés. Par conséquent, des entreprises même en faillite restent attractives. C’est par exemple pour cela que Renault s’est allié avec Nissan en 1999. Si l’on gratte un peu la surface des chiffres inquiétants, ce pays reste une référence industrielle en termes de savoir-faire, et surtout c’est un pays de grande culture. Tous ces atouts confortent RW dans son optimisme à propos du Japon.

Philippe Meyer reconnaît que juger le Japon à l’aune de nos critères occidentaux est sans doute une erreur. Il interroge RW, qui a vécu au Japon, à propos des relations franco-japonaises et leur évolution. Que faisons-nous, que ne faisons-nous pas, et que pourrions-nous faire ? Richard Werly :
Les Japonais, dumoins l’élite japonaise, attend beaucoup de la France. Sur le plan culturel, les références intellectuelles françaises restent très fortes, elles le sont d’ailleurs presque davantage qu’en France. Il y a un grand espoir de coopération. Cela dit, la France n’est pas en mesure en tant que pays d’établir avec le Japon le même type de lien que le Japon a avec les USA. Au sein de l’Union Européenne, il y a certainement en France un intérêt fort pour le Japon, la France est le pays du monde qui traduit le plus de littérature japonaise, il y a un lien très fort entre les deux pays. L’élément manquant de ce lien est industriel : quand il s’agit de partenariats entre grandes entreprises, la France a largement raté le coche du Japon, l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi fait figure d’exception.

Nicolas Baverez :
Ont peut ajouter que sur le plan de la sécurité et de la défense, la France fait des efforts pour augmenter sa présence dans les océans Pacifique et Indien, nous avons d’ailleurs une frégate, le Vendémiaire, qui vient d’être accrochée par la marine chinoise dans le détroit de Taïwan. La France a livré des sous-marins à l’Australie, et s’alarme de la poussée chinoise.
Il y a aussi la défense du multilatéralisme, avec un début de prise de conscience : essayer de sauver le système multilatéral de la démolition qu’a amorcée Donald Trump. On trouve un certain nombre de pays intéressés par cette tentative : l’Inde, le Japon, l’Australie, la Nouvelle Zélande, certains pays d’Amérique Latine, en plus des pays européens.

Lucile Schmid :
En effet, quand Shinzō Abe a rencontré E. Macron il y a quelques jours, la déclaration du président français était consacrée au multilatéralisme. Le premier ministre japonais n’a d’ailleurs pas dit grand chose, et la façon un peu pavlovienne dont M. Abe soutient M. Trump fait que la volonté de multilatéralisme du côté japonais est à nuancer.
Il ne faut pas réduire la diplomatie à la question de s’armer. Il s’agit pour le Japon de trouver une façon d’avoir avec la Corée du Sud et avec la Chine des relations, alors même que les USA de Trump n’offrent plus les même garanties diplomatiques qu’auparavant. Penser la relation avec la Chine est essentiel pour le Japon, qui y exporte énormément. Il faut que le Japon parvienne à devenir une puissance de poids sur le plan diplomatique aussi.

Nicolas Baverez :
Trump n’offre pas ou plus les garanties de sécurité habituelles, il apporte même d’autres risques, puisque dans l’accord qu’il avait imaginé avec la Corée du Nord, cette dernière renonçait à ses missiles balistiques à longue portée (ceux capables d’atteindre les USA), mais conservait ceux de moyenne portée (capables de frapper son voisin méridional et le Japon).

Richard Werly :
Sur le plan géopolitique, il est en train de se produire quelque chose de fascinant. Traditionnellement, le Japon était la puissance dont le reste de l’Asie avait peur. Cette peur du géant japonais s’estompe, remplacée désormais par une peur de la Chine. Un basculement se produit, et le grand défi des 20 prochaines années sera celui de la coopération entre le Japon et la Corée du Sud. Il y aura à ce moment un tandem de pays démocratiques face à la Chine, avec tout le reste de l’Asie comme enjeu. Les pays d’Asie sont sans doute plus favorables aujourd’hui à des négociations avec le Japon qu’ils ne l’étaient il y a seulement 20 ans.

Les brèves

Les royaumes oubliés

Nicolas Baverez

"Je conseille de se rendre à l’exposition au musée du Louvre sur les royaumes oubliés. Cette exposition va des hittites jusqu’aux assyriens : de 2000 à 700 avant Jésus-Christ. On y voit des statues monumentales avec des animaux extraordinaires et surtout l’invention des systèmes d’écritures différents; la concurrence entre les systèmes de hyérogliphes et le début de l’écriture alphabétique et c’est extraordinaire de voir cette invention qui forgera notre civilisation. "

Le capitalisme sans capital

Nicolas Baverez

"Je recommande de lire Le capitalisme sans capital de Jonathan Haskel et Stian Westlake. C’est un livre sur le glissement de l’investissement notamment des actifs matériels et immatériels donc cela nous raccroche à l’innovation et donc au Japon. Cela nous renvoie à l’importance de l’innovation immatérielle, trop souvent sous-estimée, et comment elle appelle à une rénovation des politiques publiques vers le savoir, envers les technologies et la planification urbaine."

Confessions d’un enfant de La Chapelle

Philippe Meyer

"Je suis en train de déplacer une bibliothèque et il me tombe à ce titre bon nombre de livres sur les pieds. J’ai redécouvert les Confessions d’un enfant de la Chapelle d’Albert Simonin. Pour tous les gens qui aiment Paris, c’est une description savoureuse, d’une époque avant les Trente Glorieuses où l’on a beaucoup de mal à atteindre le nécessaire. Il y a un passage du roman qui souligne que la famille se retrouve sur la paille après avoir pris l’option de l’enterrement septième classe soit celui qui coute le moins cher. Tout cela est plein de renseignements sur les conditions de l’époque et sa vie artistique; avec notamment une description du théâtre des Bouffes du Nord. C’est une lecture délectable et dont je suis sorti avec beaucoup d’images dans la tête. "

Léonard de Vinci

Richard Werly

"Je me suis plongé dans la biographique traduite en français de Léonard de Vinci par Isaacson, un auteur américain publié aux éditions Quanto et c’est absolument fascinant bien que le style soit quelque peu décevant. La traduction n’est pas toujours aussi alerte qu’elle devrait l’être quand un roman fait 600 pages mais ce qu’on apprend sur ce génie est exceptionnel. Cela nous laisse totalement pantois. C’est assez amusant car cette semaine aura été la commémoration du Léonard de Vinci plutôt français alors que la biographie se concentre principalement sur sa nationalité italienne. "

Kafka sur le rivage

Lucile Schmid

"J’aime beaucoup Haruki Murakami car il nous emmène dans nos rêves d’une manière tout à fait remarquable. Je vous invite à relire Kafka sur le rivage. Ça raconte l’histoire d’un jeune garçon qui a quinze ans et se fait appeler Kafka et d’une vie homme qui cherche les chats. Dans ce roman les chats parlent et on se promène sur les rivages de la vie; celle qui se termine et celle qui commence. C’est une poésie remarquablement mélancolique. Je voudrais terminer sur une citation de ce livre : « Nous perdons sans cesse des choses qui sont précieuses : des occasions, des possibilités, des sentiments et c’est cela aussi vivre. »Je crois que c’est tout à fait vrai et que les japonais ont cette mélancolie sans basculer dans la nostalgie. "