Terra incognita

Brève proposée par Marc-Olivier Padis dans l'émission Macron : où passe son « nouveau chemin » ? / Erdogan s’installe en Libye / n°146, que vous pouvez écouter ici. ou ci-dessous.


Les autres brèves de l'émission :

Routiers

Philippe Meyer

"Je voudrais signaler un livre publié aux éditions de L’Iconoclaste par Jean-Claude Raspiengeas, journaliste à La Croix, « Routiers ». C’est un livre de reportage, comme il n’y en a pas assez, fruit d’une année passée dans les 40 tonnes sans lesquels nous n’aurions pas pu tenir pendant le confinement. De quoi est faite la vie quotidienne de ces soutiers de l’économie que nous voyons sans les voir ni les connaître, quelles pressions s’exercent sur eux, comment voient-ils le monde du haut d’une cabine qu’ils quittent de moins en moins, pressés par nos impatiences et nos exigences et bousculés par des employeurs impétueux, privés d’une bonne part de leur vie de famille, sur les routes jour et nuit, par tous les temps et qui maintiennent tant qu’ils peuvent quelques rassemblements qui leur permettent de croire à leur grande famille. On trouvera dans ce livre un chapitre sur Max Meynier, qui anima pendant des années toute la tranche du soir de RTL avec son émission « Les Routiers sont sympas », émission qui fit la preuve qu’on peut -qu’on pouvait- être une radio commerciale et programmer un véritable service public."


L’action publique face à la crise du Covid-19

Michaela Wiegel

"Alors que les différentes commissions d’enquête parlementaires commencent à propos de la crise sanitaire, je vous recommande une note très complète et constructive de l’institut Montaigne, écrite par Nicolas Bauquet. Il a synthétisé tout ce qui ne fonctionnait pas dans l’action publique pendant cette crise, et il en tire des conclusions assez surprenantes : ce n’est pas tant l’Etat jacobin qui est fautif, mais plutôt le fait que cet Etat jacobin n’a plus les moyens d’exercer un pouvoir centralisé. Partant de là, il serait bon de donner un peu de chair à la décentralisation qu’Emmanuel Macron vient d’évoquer."


Chanson bretonne

François Bujon de L’Estang

"Dans ces temps de soucis géopolitiques, il faut avoir recours à la littérature pour essayer de survivre, et je vous recommande vivement ce livre de J-M G Le Clézio que je viens de lire avec énormément de plaisir. Il s’agit de deux textes, le premier est une promenade nostalgique dans les vacances bretonnes de Le Clézio dans les années 1950, le second s’intitule « l’enfant et la guerre », je trouve qu’il s’agit d’un texte très fort, très ramassé, à la fois beau, simple et rude. Le Clézio, à travers les souvenirs personnels qu’il évoque de ces années de guerre qu’il a passées caché dans l’arrière-pays niçois, s’interroge sur le sort de tous les enfants qui subissent les guerres, et considèrent la guerre comme une donnée de leur environnement, sans la comprendre, sans pouvoir l’influencer, en se bornant à la subir et à s’y adapter."


Et après ?

Nicolas Baverez

"Je voudrais recommander la lecture du dernier livre d’Hubert Védrine. Il est passionnant, qui échappe à la division -d’ores et déjà trop entendue- entre le monde d’avant et d’après, mais regarde ce qui va durer, ce qui s’accélère, et ce qui va changer. Il s’interroge notamment sur la compatibilité entre rance économique et écologie, sur ce que va devenir le système multilatéral face à des risques globaux tels que cette épidémie, sur l’avenir de l’Etat-Nation ... Avec Hubert Védrine, on sait que l’on a affaire à un homme qui a eu une expérience politique et diplomatique au plus haut niveau, mais aussi à quelqu’un qui se remet en question et observe les problèmes de cette période singulière avec un regard neuf. Passionnant. "