L’homme qui aimait les chiens

Brève proposée par Matthias Fekl dans l'émission Le congrès des maires de France ; L’Amérique latine dans la rue / n°115, que vous pouvez écouter ici. ou ci-dessous.

L’homme qui aimait les chiens

Matthias Fekl

"Pour rester en Amérique latine, en tous cas au sens large, je vous recommande l’œuvre de l’écrivain cubain Leonardo Padura, qui est un auteur extraordinaire, qui a écrit plusieurs types de livres. Son chef-d’œuvre à mon avis est « l’homme qui aimait les chiens », une traversée du XXème siècle absolument extraordinaire, avec la nostalgie des promesses de la révolution et une forme de désenchantement devant ce qui en est advenu. Mais aussi des romans policiers, où l’on pénètre dans le Cuba d’aujourd’hui. L’auteur vit à La Havane, et il y publie des livres assez critiques sur l’état du pays, avec un style et une humanité absolue. "


Les autres brèves de l'émission :


J’accuse

Philippe Meyer

"Un mot aussi sur le film de Polanski. Il est remarquablement joué, par des acteurs qui ne se laissent tenter par le surjeu à aucun moment, et Dieu sait si c’est facile quand on joue les bons ou les méchants. Sur l’aspect historique, on sait de quelle « novélisation » le film repose. Il en a les mêmes défauts : n’avoir pas bien compris ce que c’était que Picquart, et pour quelle raison Picquart a fait ce qu’il a fait. Il en a fait une sorte de bon samaritain héroïque. Ce film m’a fait le même effet qu’Amadeus. J’étais sorti furieux de la représentation de Mozart en punk hennissant dans ce film, et en même temps ébloui par l’intelligence du film, sa construction, sa splendeur, et toute l’envie qu’il pouvait donner d’écouter la musique. Je pense la même chose de J’accuse."


La laïcité : histoire d’une singularité française

Jean-Louis Bourlanges

"Philippe Raynaud vient de recevoir le prix jeanzé, qui récompense les ouvrages porteurs de valeurs républicaines. Les gens ne se précipitent pas pour lire des lives de ce genre, mais ils ont tort. Je ne suis pas entièrement d’accord avec tout ce que dit l’auteur, je trouve qu’il sous-estime la matrice chrétienne de la laïcité, mais il montre quelque chose de tout à fait essentiel : le lien entre l’établissement du pouvoir absolu à partir d’Henri IV et la laïcité, c’est à dire ce moment où le pouvoir politique s’affranchit de toute tutelle religieuse, pour devenir lui-même l’ordonnateur du jeu politique, à la place de l’Eglise. C’est une histoire très intéressante, qui aboutit aux grandes polémiques d’aujourd’hui. Vu l’importance centrale des problèmes liés à la laïcité dans notre pays, c’est un livre que tout le monde devrait lire."


1939 : l’alliance soviéto-nazie aux origines de la fracture européenne

Béatrice Giblin

"Je vous conseille la brochure de la fondation pour l’innovation politique, écrite par Stéphane Courtois : 1939 : l’alliance soviéto-nazie aux origines de la fracture européenne. C’est extrêmement intéressant pour montrer l’ampleur des liens qu’il y a eus entre 1939 et 1941 entre les deux régimes. C’est très éclairant, notamment sur le rôle de Staline dans cette affaire. C’est très important pour comprendre pourquoi les Polonais et plus largement les pays d’Europe de l’Est ont aujourd’hui cette méfiance viscérale vis-à-vis de la Russie."