Chirac ou le démon du pouvoir

Brève proposée par Lucile Schmid dans l'émission Chirac : santo subito ? ; la PMA à pas comptés / n°108, que vous pouvez écouter ici. ou ci-dessous.


Les autres brèves de l'émission :


De Gaulle : une certaine idée de la France

Philippe Meyer

"Je voudrais recommander le livre de Julian Jackson sur De Gaulle. Hitchcock disait : « ce qui fait le suspense, c’est qu’on connaît la fin ». C’est le cas à propos de De Gaulle, et il y a dans ce livre un suspense remarquable, en ce sens qu’on se demande toujours comment Julian Jackson a trouvé que la fin est venue. C’est magnifiquement documenté, et écrit (et traduit) avec une fluidité remarquable. Certaines constantes demeurent : l’anglophobie, absolument consubstantielle à la pensée du général, une méthode qui consiste à foncer dans le lard agressivement puis à revenir plus tard en paraissant avoir fait des concessions (mais en ayant simplement changé de ton), et une idée : ce qui divise la société, ce ne sont pas les différences entres républicains et monarchistes, mais entre ceux qui servent l’état et ceux qui le desservent. Enfin, une vision quasi mystique de la France et des méthodes extrêmement pragmatiques. "


Dictionnaire amoureux de la diplomatie

François Bujon de L’Estang

"Enfin un dictionnaire amoureux de la diplomatie ! L’auteur est mon collègue, et néanmoins ami Daniel Jouanneau, qui a eu une carrière d’ambassadeur très distinguée, et fut aussi inspecteur général des postes diplomatiques et chef du protocole. C’est un livre très amusant, pour tous ceux qui ont des idées toutes faites, ou pas d’idée du tout, sur un métier très mal connu. Ce dictionnaire amoureux est très pédagogique sans jamais être ennuyeux. Il est plein de culture historique, il comprend des anecdotes que seul un chef du protocole peut connaître. Pour tous ceux qui pensent, comme le disait Pompidou, que la diplomatie c’est « le petit gâteau et la tasse de thé » ce livre sera très profitable : il montre avec talent un métier compliqué dans toutes ses dimensions."


RAMSES 2020

Nicole Gnesotto

"J’avais parlé il y a quelques semaines du premier ouvrage de géopolitique de la rentrée (L’état du monde), voici maintenant le deuxième, le RAMSES, le traditionnel Rapport Annuel Mondial sur le Système Économique et les Stratégies. Ce numéro est intitulé « un monde sans boussole », ce que je trouve intéressant cette fois-c est le focus très important sur un sujet qu’on ne regarde pas assez : les évolutions en Amérique latine. On nous disait il y a quelques années que ce serait le prochain eldorado de la mondialisation économique, de la croissance et de la démocratie, or toute cette région est en train de sombrer dans une spirale de corruption, de populisme et d’extrême-droite ... Ne serait-ce que pour cette partie, je trouve cette livraison très intéressante."


La maison de Balzac

Jean-Louis Bourlanges

"Un cri d’indignation tout d’abord, contre tout ce qui arrive à ma rue, la rue de Trévise, Bloquée pendant des mois à cause de travaux, puis interdite, il devient de plus en plus difficile de la quitter ou d’y entrer. Ma voiture a été séquestrée dans son parking pendant cinq jours, mon immeuble est animé de tremblements fréquents, le téléphone est interrompu, une alerte au gaz nouvelle a été déclenchée il y a quelques jours ... Je pense qu’en toute logique, l’immeuble devrait exploser le jour de la réélection de Mme Hidalgo. Je voudrais tout de même signaler une initiative heureuse de la maire de Paris : la réouverture de la maison Balzac, rue Renoir, où l’on a réaménagé le tout petit domicile de Balzac, qui n’occupait que le premier étage. C’est un endroit merveilleux, et très animé puisqu’il accueille actuellement une exposition sur l’illustrateur Grandville, une animation ce dimanche sur les chansons de Béranger ... "


I am Europe

Lucile Schmid

"Dans la continuité de notre débat sur la PMA, un spectacle qui a lieu aux ateliers Berthier du théâtre de l’Odéon, qui s’appelle I am Europe, qui n’est pas, contrairement à ce qu’on pourrait penser, un vibrant plaidoyers pour le parlement européen. C’est en fait un spectacle où une vingtaine de jeunes acteurs-chanteurs-danseurs, absolument formidables, racontent leur pérégrinations en Europe. Ils y abordent leur histoire intime, leur sexualité, leur relation à l’enfant. "