Adieu Zanzibar

Brève proposée par Lucile Schmid dans l'émission L’écologie entre consensus et guerre civile / Extrême droite suédoise et italienne / n°263 / 18 septembre 2022, que vous pouvez écouter ici. ou ci-dessous.

Adieu Zanzibar

Lucile Schmid

"Je vous recommande la lecture de ce roman d’Abdulrazak Gurnah, prix Nobel de littérature en 2021. J’ai adoré ce livre et cette écriture, qui parvient à faire le lien entre le chatoiement de l’intime et la politique au sens le plus large du terme. Le livre raconte l’amour fou entre un Anglais et une jeune femme abandonnée par son mari. C’est un amour interdit, d’où naîtra une fille et à travers plusieurs générations, on voit comment l’amour maudit permet de se rendre compte de l’injustice du monde. On est en effet emmenés à Londres dans les années 1950 lorsque l’empire colonial britannique se défait. Il y a chez Gurnah une capacité à décrire les choses qui est proprement extraordinaire. Certains ont parlé des Mille et une nuits, je trouve que c’est une image d’Epinal très galvaudée, mais il sait raconter une histoire et poser une scène en faisant vraiment le lien entre ce qui nous arrive, ce que nous sommes, et puis ce qui arrive au monde. Passionnant."


Les autres brèves de l'émission :


Schnock n°44

Philippe Meyer

"L’autre est faite pour les boomers. Schnock a maintenant beaucoup de bouteille, son premier numéro avait Jean-Pierre Marielle en couverture, le dernier a les Inconnus. Cette revue prend des éléments de la culture populaire la plus large et les creuse d’une façon à la fois très journalistique et très anecdotique. La mise en page n’a pas varié depuis le début, elle est très réussie. La revue aborde les sujets les plus divers, presque à chaque fois par les biais les plus plaisants."


Rester barbare

Akram Belkaïd

"Je vous recommande cet essai de Louisa Yousfi, publié à La Fabrique. Le titre est inspiré par cette phrase de Kateb Yacine : « Je sens que j’ai tellement de choses à dire qu’il vaut mieux que je ne sois pas trop cultivé. Il faut que je garde une espèce de barbarie. Il faut que je reste barbare. » Le barbare n’est pas le sauvage. Le terme interpelle sur la question de l’identité, de la manière dont ceux qu’on appelle aujourd’hui « les racisés » ont à trouver ou pas leur place dans nos sociétés occidentales. L’auteur convoque pour cela des gens comme Kateb Yacine, mais aussi Chester Himes, Toni Morrison ou le rappeur Booba. C’est un essai qu’il faut lire, surtout dans ce contexte où les interrogations sur les questions d’intégration (voire d’assimilation) se multiplient. "


Discours sur l’état de l’Union d’Ursula von der Leyen

Jean-Louis Bourlanges

"La présidente de la Commission Européenne a prononcé le 14 septembre son discours sur l’état de l’Union européenne. Ce n’est pas encore le discours sur l’état de l’Union du président des Etats-Unis, même s’il serait peut-être intéressant de s’interroger sur l’intérêt de ce mimétisme sémantique. Malgré tout, il est très intéressant d’entendre la présidente de l’exécutif européen prononcer au nom de l’Union Européenne un discours qui est pour la première fois pleinement et authentiquement politique. On peut trouver que c’est imparfait, mais il faut reconnaître qu’elle prend des positions très claires. Sur l’Ukraine, sur l’économie, sur la solidarité, sur l’écologie … Et en filigrane, elle appelle prudemment à un réajustement institutionnel, à la création d’une Convention. Ce discours rappelle celui du chancelier fédéral Olaf Schölz à Prague, ou ceux d’Emmanuel Macron. Je ne sais pas si cela fonctionnera, mais je crois que c’est tout de même significatif. Pour la première fois, je sens les grands Etats européens et l’institution qui leur est commune essayer de prendre en charge la dimension politique de leur entreprise. "


As bestas

Isabelle de Gaulmyn

"Je vous propose un petit voyage en Espagne cette semaine, avec ce film de Rodrigo Sorogoyen. C’est intéressant car ici l’étranger, c’est ce couple de Français, riches et écologistes, qui refusent l’éolienne, et ceux qui accueillent ce sont les paysans espagnols modestes qui eux veulent l’éolienne qui leur permettra de s’enrichir. C’est un film qui traite de l’altérité, de la justice, et de tous les thèmes dont on a parlé aujourd’hui à propos de l’écologie et de son acceptation. A un moment, le réalisateur pose sa caméra à côté de l’éolienne et c’est absolument effrayant, on se dit très vite « je n’aimerais pas en avoir une au bout de mon jardin ». "